En plein cœur du débat public sur les projets de métro automatique pour le Grand Paris (Arc Express et Grand Huit), Jean-Paul Huchon a tenu cette semaine une conférence de presse sur le projet porté par la Région Ile-de-France. A cette occasion, il a présenté plusieurs documents concrets, notamment concernant le financement qui « peuvent servir de base au rapprochement des projets » estime le socialiste.

 Et si demain il était possible de se déplacer d’un bout à l’autre de la région sans avoir à passer par l’incontournable case « Paris » ? Une idée qui fait rêver nombre de voyageurs Franciliens. C’est justement le projet défendu par Jean-Paul Huchon. Mais c’est aussi celui de l’Etat avec son « Grand Huit », réseau de transport au cœur du débat sur le Grand Paris. Pourtant, des différences existent entre les deux projets qui ne pourront, quoi qu’il arrive, pas voir le jour tous les deux.

Une population favorable

De nombreux débats publics se sont déjà déroulés pour connaitre l’avis de la population sur le projet  « Arc Express ». Le président de la Région Ile-de-France a souligné que ces débats, ainsi que les contributions et les cahiers d’acteurs « ont confirmé que le plan de mobilisation pour les transports porté par la Région, les collectivités et le STIF, dont la rocade Arc Express fait partie, répondait aux plus près aux besoins des Franciliens ». Il évoque notamment les besoins de desserte de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle et de la Grande Couronne en général.

Vers un rapprochement entre « Arc express » et « Grand huit » ?

C’est en tout cas le souhait de la Région. Dans une lettre datée du 15 novembre dernier, Jean-Paul Huchon propose au Premier Ministre un rapprochement des deux projets. Il évoque en effet le « blocage » subi par le projet de l’Etat dans le cadre du « Grand Paris », résultant des observations du Conseil d’Etat sur l’approbation du SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile-de-France). En outre, l’absence pour l’heure d’un projet de financement pose un problème au « Grand huit ». Problème que semble avoir réglé la Région Ile-de-France dans l’optique de son nouveau plan de transport. Le président du Conseil régional argue aussi que « de nombreuses questions concernant le calendrier et la faisabilité des projets portés par l’Etat restent aujourd’hui sans réponse ». Il s’appuie notamment sur l’annulation, à la demande de la Société du Grand Paris, d’un débat sur le financement qui aurait dû se tenir le 8 novembre dernier à Nogent-sur-Marne. Dans les faits, Jean-Paul Huchon propose donc « d’éclairer les débats publics par une contribution précisant les possibilités de financements et de complémentarité des projets de transport. »