st1:*{behavior:url(#ieooui) }

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Dans la quête de la recherche d’un emploi, le fait de ne pas posséder le permis B est souvent un frein à l’embauche. Face au prix élevé de cet apprentissage, ainsi que la difficulté pour les jeunes en insertion de financer un tel investissement, la Région propose un dispositif d’aide.

Passer le permis de conduire reste souvent impossible pour les jeunes les plus précaires ne pouvant pas être aidés par leurs familles. C’est pourquoi la Région Île-de-France a proposé, depuis 2009, d’accompagner les jeunes en insertion en participant au financement du permis B. Cette aide à hauteur de 600 euros s’adresse aux 16 à 25 ans, couvrant ainsi près de la moitié du coût du permis. Au total, le financement régional global s’élève à 945.600 euros. Le reste pourra être pris en charge par d’autres financeurs. En juin 2010, un appel à projets expérimental avait été lancé auprès des missions locales franciliennes, structures les mieux placées pour gérer cette aide régionale au permis de conduire. Après instruction des projets, 65 missions locales réparties sur les huit départements franciliens ont été retenues pour mettre en œuvre ce dispositif expérimental. Pour Emmanuel Maurel, Vice-président en charge de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’alternance, « l’acquisition du permis de conduire est une chance de plus pour les jeunes de s’insérer sur le marché du travail. La Région, par ses différents dispositifs, explore toutes les pistes pour que les jeunes ne soient plus les parents pauvres des politiques de l’emploi. Cela passe forcément par une autonomie de déplacement ».