Entre danse, comédie et musique, vos rendez-vous culturels du mois de décembre à l’espace culturel L’Orange Bleue Eaubonne.

Pan Pot ou modérément chantant
Par le Collectif Petit Travers
Vendredi 3 décembre à 20 h 30

Dans le jargon des ingénieurs du son et du spectacle, le terme Pan pot évoque la manière dont plusieurs sources sonores se croisent et voyagent en scène.
Ici, trois jongleurs et une pianiste se donnent la réplique dans un jeu de balles et de notes. Musique, énergie, rythme, adresse. La musique retentit, les notes marquent le tempo, s’élancent, roulent, rebondissent et se déploient en cascade, les balles dessinent des trajectoires claquantes, tendues comme des cordes de violon, elles grimpent à la diagonale, jouent à la verticale ou, le temps d’un soupir, glissent le long d’un corps, comme une caresse. Entre les mains de ces quatre artistes, le jonglage devient un art poétique et non plus uniquement une performance technique époustouflante.

Récital Flûte Piano
Par Les Amis de la Musique
Dimanche 5 décembre à 16 h

Flûte : Christine Chassin de Kergommeaux
Piano : Guillaume Prod’homme

Christine Chassin de Kergommeaux participe à de nombreuses formations (Orchestre de flûtes de Paris, Symphonifilm, lequatuor Aurélis…) Elle est depuis 2006 flûtiste à la Musique de la Garde Républicaine. Guillaume Prod’homme se produit régulièrement en soliste, au sein de plusieurs formations ou orchestres symphoniques. Il a fondé en 2007 l’ensemble Bloc-Notes.

 

« Quitte à pleurer sur son sort, autant le faire en rigolant ! »
De et par Bonbon
Mercredi 8 décembre à 15 h

Accompagnée par Léon à l’accordéon, BONBON nous rejoue la vie de Frehel, une femme touchée par le succès, les hommes, les voyages et le vertige des drogues. Son voyage au pays de l’argot nous ravit les oreilles et nous étire les zygomatiques. Elle interprète avec truculence, humour et émotion les plus grandes chansons de cette immense artiste. Elle évoque la vie hors normes de ce monstre du Music-hall, véritable bête de scène, qui n’hésitait pas à s’arrêter au beau milieu d’une chanson pour haranguer le public. Un grand moment de bonheur…

Prélude à l’après midi d’un faune et Le sacre du printemps
Par la Compagnie Georges Momboye
Vendredi 10 décembre à 20 h 30

Avec son Prélude à l’après midi d’un faune, Georges Momboye présente un solo qui habite pleinement l’amplitude de la musique de Debussy. « Nijinski version ivoirienne » René Sirvin, Le Figaro Le Sacre du Printemps, c’est la rencontre d’un univers chorégraphique contemporain et de la culture africaine, dans son rapport aux rythmes, aux rites, à la nature et au corps. Ses 16 danseurs, blancs et noirs s’emparent de la musique de Stravinsky de tout leur être, et incarnent l’harmonieux mélange des cultures pris par une énergie commune.