L’éventualité d’un accord dès le premier tour entre socialistes et écologistes semble s’éloigner. Europe Ecologie Les Verts vient de juger « insatisfaisante » la proposition du PS dans sa forme actuelle. Les socialistes proposaient de soutenir les candidats écolos sur trois cantons : Argenteuil-Nord, Beauchamp et Viarmes. « La porte des négociations reste cependant ouverte », précise François Delcombre (photo), secrétaire départemental d’EELV.  

 Réuni ce lundi, le conseil départemental d’Europe Ecologie Les Verts Val d’Oise a refusé le compromis proposé par le PS, à savoir le soutien des socialistes aux candidats écologistes sur trois cantons (Argenteuil-Nord, Beauchamp et Viarmes). Une proposition « jugée insatisfaisante ». Si le PS 95 ne l’améliore pas, François Delcombre, secrétaire départemental, prévient : « EELV gardera son objectif initial d’arriver en tête de la gauche dans le maximum de cantons et d’appliquer le désistement républicain au 2e tour. »

Une affaire « mal engagée dès le départ »

Si le PS a privilégié dès le début des négociations un accord avec les écologistes, François Delcombre, secrétaire départemental EELV, le reconnaît : « l’affaire était mal engagée dès le départ. » « Nous voulions rassembler tous les partis de gauche autour de la table pour garder le département à gauche mais le PS a choisi une autre voie, en allant voir chaque partenaire séparément, développe-t-il. Quand on s’est rencontré, 12 candidats socialistes étaient déjà désignés. Il ne restait plus que 7 cantons pour s’arranger. »

« Argenteuil-Nord, un cadeau empoisonné »

Aujourd’hui, le Parti Socialiste propose son soutien à EELV sur trois cantons : Argenteuil-Nord, Beauchamp et Viarmes. « Le compte n’y est pas, réagit François Delcombre. On nous propose deux cantons réputés à droite, Beauchamp et Viarmes, et Argenteuil-Nord ressemble à un cadeau empoisonné. » Cette dernière proposition sur Argenteuil confirmerait alors que le conseiller général sortant et maire de la 3e ville d’Ile-de-France ne souhaite pas se représenter.

« Au meilleur des cas, nous aurions un élu au sein de l’assemblée départementale qui servirait d’alibi, d’écolo de service » ajoute-t-il. Lui estime que les écologistes devraient être représentés par 3 élus au minimum. Cependant François Delcombre n’attend pas grand chose de cet ultimatum lancé au Parti Socialiste. « Nous les avons déjà rencontrés deux fois et ils n’ont pas bougé d’un iota entre les deux entretiens… » explique-t-il.

L’assemblée générale d’Europe Ecologie Les Verts doit avoir lieu le 10 décembre prochain. Les militants se prononceront alors sur la stratégie à adopter pour ces cantonales et sur les investitures de leurs candidats. Sûrs leur force, les écolos estiment qu’il peuvent passer devant le PS dès le premier tour sur 3 ou 4 cantons, « un objectif raisonnable » selon leur secrétaire départemental. S’il reconnaît que rien n’est figé jusqu’au dépôt des listes en préfecture, François Delcombre considère que « le PS n’a plus de marge de manœuvre. »