/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Dans un communiqué de presse daté du 22 novembre dernier, l’association SaDur composée d’usagers de la ligne D dur RER s’est offusquée d’une déclaration de Jean-Paul Huchon, président du STIF, à l’AFP affirmant que la situation s’est améliorée sur le RER D. L’association évoque les problèmes rencontrés au quotidien par les voyageurs, notamment en ce mois de novembre où le trafic est très perturbé.

Le président du Syndicat des Transports d’Île-de-France (STIF) Jean-Paul Huchon a déclaré à l’AFP le 17 novembre dernier : « nous avons déjà amélioré la situation sur le D car on a investi 250 millions pour les travaux d’amélioration d’infrastructure ». Une erreur pour l’association SaDur qui conteste ces propos. S’appuyant sur le chiffre de 24% d’irrégularité (trains supprimés ou dont le retard est supérieur à 5 minutes) recensé par les usagers de la ligne D, elle répond à Jean-Paul Huchon. Le SaDur  rappelle aussi que « depuis le début du mois de novembre, les usagers de la ligne D subissent de nombreux dysfonctionnements, qui obligent même la SNCF à établir un plan de transport allégé pour les journées des 22 et 23 novembre ». « La situation est telle que l’association reçoit chaque jour des dizaines de témoignages d’usagers excédés par le service déplorable offert par la ligne » ajoute-t-il.

L’association demande donc une réunion, non seulement avec le STIF, mais aussi avec la SNCF, RFF, les élus de la ligne et les associations d’usagers. Le but est « d’établir un vrai plan d’urgence pour la ligne D ». Ajoutant que « les 120 millions d’euros d’investissement votés par le STIF au mois d’octobre ne sauraient suffire à résoudre les problèmes du RER D », elle explique que la fréquentation de la ligne a augmenté de 40 % en 10 ans et qu’elle souffre d’un sous-investissement depuis sa création. En outre, l’association demande au STIF et à la SNCF une réduction sur les abonnements Navigo des usagers du RER D qui ont vu leurs conditions de transports fortement dégradées ce mois-ci. « La ligne D du RER est la ligne SNCF d’Île-de-France la plus fréquentée avec jusqu’à 550 000 voyageurs et 440 trains par jour. C’est aussi l’une des lignes qui connaît le plus de dysfonctionnements dans la région, avec une irrégularité de 15,2% en 2009 » annonce enfin le SaDur.