Le patron du PS Val d’Oise semble craindre les conséquences des pressions amicales sur le patron du FMI dans la perspective de la présidentielle 2012.  Après l’annonce du lancement à Sarcelles mardi prochain d’un club DSK, Dominique Lefebvre suggère aux impatients de "ne pas se tromper, la meilleure manière de préparer le retour de Dominique est aujourd’hui de travailler au sein du Parti socialiste pour élaborer un projet de société et, au printemps prochain, un programme de gauche sur lequel, le moment venu la candidate ou le candidat socialistes pourront s’appuyer". Le maire de Cergy estime que DSK doit rester maître de son agenda, rappelant "sa fonction au FMI". Il suggère aux amis de Dominique Strauss Khan, tentés de monter des clubs DSK, de rejoindre le club PS. 
 
 "Le Premier secrétaire fédéral du Parti socialiste, et l’ami de Dominique Strauss-Kahn que je suis, ne peut évidemment que se réjouir de l’adhésion et du mouvement qu’entraînent déjà, avant même les "Primaires" qu’organisera à l’automne 2011 le Parti socialiste avec ceux de ses partenaires qui le voudront, les possibles candidatures de personnalités socialistes, qu’il s’agisse d’ailleurs de DSK ou d’une ou d’un autre candidat socialiste, réagit Dominique Lefebvre. Nul ne sera étonné de savoir, s’il ne le sait déjà, que je suis le premier à souhaiter, et avec moi nombre de socialistes du Val d’Oise et notamment ses amis de Sarcelles et de la 8ème circonscription dont il a été le député, que, le moment venu, DSK fasse part aux socialistes et aux français de son choix de concourir à l’élection présidentielle de 2012. Et ce jour-là, tous les soutiens seront les bienvenus."
 
"En attendant, les plus proches amis de DSK estiment que le temps n’est pas venu de lancer telle ou telle initiative publique sur sa possible candidature alors même que, comme il le dit lui même, sa mission est aujourd’hui d’agir dans sa fonction au FMI pour lutter contre les désordres économiques et sociaux mondiaux et tenter de faire partager une vision de gauche de la nécessaire régulation au plan mondial", poursuit le maire de Cergy.

Une très forte pression de l’opinion trop tôt obligerait DSK à accélérer son calendrier alors que son éloignement reste sa meilleure carte sur ses concurrents Aubry, Royal ou Hollande. Le dernier TNS-Sofres est là pour conforter cette stratégie : au deuxième tour, Dominique Strauss Khan l’emporterait aujourd’hui avec 62 % des suffrages. Une montée en puissance des soutiens risquerait aussi de réveiller trop tôt la guerre des chefs. 

 
"En un mot comme en un seul, celles et ceux, et ils sont certainement nombreux, qui souhaitent soutenir la candidature de DSK lors de l’élection présidentielle de 2012, ont déjà un "club" dans le Val d’Oise et je les invite à le rejoindre dès à présent", déclare Dominique Lefebvre, pensant évidemment au club PS 95 95.