Après le premier Rallye pour la Solidarité Urbaine et contre les communes hors-la-loi, le Collectif Départemental du Logement organisera le 11 décembre prochain, à partir de 9h, le « RALLYE II » à Bezons. L’objectif reste identique, à savoir dénoncer les 25 communes valdoisiennes de plus de 1500 habitants qui ne respectent pas la loi SRU imposant un minimum de 20% de logements sociaux sur leur territoire.

st1:*{behavior:url(#ieooui) }

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

« Il manque aujourd’hui plus de 6 000  logements dans le département et 30 000 demandes sont en attente ». C’est le constat du Collectif Départemental du Logement qui entend bien dénoncer les 25 communes de plus de 1 500 habitants du département qui ne respectent pas la loi SRU, leur imposant un minimum de 20% de logements sociaux sur leur territoire.

Le collectif reproche aussi à la Préfecture du Val d’Oise d’ignorer ces villes représentant pourtant 10% des demandes. Ajoutant même que la préfecture « va même jusqu’à exercer, à travers l’application de la loi DALO, une pression grandissante sur des communes comme Bezons ou Argenteuil qui, elles, respectent la loi SRU, afin d’accueillir des familles provenant d’autres communes », le Collectif Départemental du Logement parle du « cynisme » de la préfecture.

Afin de dénoncer ce qu’il juge comme  un « véritable scandale »  et « exiger la construction de logements pour tous et partout », le Collectif Départemental du Logement (composé d’élus et d’associations) se rendra donc dans 3 nouvelles communes du département « qui comptent moins de 5% de logements sociaux » et rencontrera la population « pour dialoguer et lutter contre la loi BOUTIN et le désengagement inadmissible  de l’État ».