Le 25 novembre dernier, le conseil d’administration de Réseau Ferré de France (RFF) a dévoilé les conclusions du débat public sur la liaison ferroviaire Roissy – Picardie mené du 15 avril au 31 juillet. RFF va donc poursuivre les études et la concertation avec l’objectif de préparer le dossier de l’enquête d’utilité publique d’ici 2014.

 Réseau Ferré de France estime que puisqu’il « répond à des enjeux de déplacements nationaux et interrégionaux entre la Picardie et Roissy », ce projet « s’inscrit pleinement dans la réalisation des objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement en termes de report modal et d’amélioration des liaisons des capitales régionales entre elles et avec l‘Ile-de-France ». Pour RFF, le débat a en effet montré l’attente autour de la réalisation du projet de la part de la population. Il a aussi permis de définir plus concrètement le type de trains à utiliser et le tracé qui pourrait être retenu. Ainsi, le choix actuel se porte sur « un scénario train à grande vitesse + service régional (TER) » qui inclurait des « dessertes de gares situés entre Creil et la nouvelle ligne, notamment dans le Val-d’Oise ».

Le tracé Nord abandonné

Le débat public a en outre permis d’exclure le passage des trains par le nord. « L’option de passage nord est écartée pour des raisons environnementales, mais également parce que ne permettant pas la desserte du Val-d’Oise » rapporte RFF. Ainsi, la  nouvelle ligne se basera sur une recherche d’options de passage entre le centre et le sud. Le débat public ayant montré « que le choix entre les options centrale et sud nécessitait un niveau de définition du projet plus élevé que celui atteint à ce jour », RFF a décidé de poursuivre les études sur ces deux options et ne s’est donc pas encore prononcé sur ce point. Réseau ferré de France se donne ainsi le temps d’analyser tous les facteurs (coûts, environnement, habitat, etc.) indispensables à cette décision. « Ce choix offre la possibilité d’approfondir, en concertation avec l’ensemble des partenaires, les conditions de réalisation et d’insertion de la ligne nouvelle pour définir le projet le plus pertinent au regard des enjeux liés à l’habitat, les activités économiques, en particulier agricoles, les milieux naturels, la biodiversité, le patrimoine et les paysages, le coût de réalisation et le service rendu » explique ainsi RFF.

Par ailleurs, Hubert du Mesnil affirme que «  parallèlement, RFF contribue activement à répondre aux besoins de déplacements des habitants de l’est du Val-d’Oise qui ont été clairement exprimés lors du débat, en pilotant les études ferroviaires du projet de Barreau de Gonesse.»