Pas plus de vingt-cinq personnes ont fait le déplacement mardi soir à Sarcelles pour le lancement du club DSK. “Ce n’est pas si mal un soir en semaine et par ce froid. C’est une première. Ce n’est qu’un début”, se rassure Laurence Marchand-Taillade, la présidente du club DSK-95. “On va continuer dans le Val-d’Oise maintenant ville par ville, quartier par quartier, comme Barack Obama l’avait fait”, annonce le président des Clubs DSK Antonio Duarte qui lance, mardi prochain, le Club DSK Pas de Calais. Objectif d’ici à juin : ouvrir des clubs DSK dans tous les départements français.

 Le club DSK Val-d’Oise a été lancé mardi soir à Sarcelles, ville dont Dominique Strauss Kahn a été le député maire. Un choix symbolique, mais qui n’a pas permis de remplir la petite salle réservée pour l’occasion à l’hôtel IBIS du quartier des Flanades. Vingt-cinq personnes étaient dans le public. Pas de quoi entamer cependant le moral de la présidente du club DSK Val-d’Oise. “Il nous semblait légitime et important qu’il existe une antenne dans le Val-d’Oise”, explique Laurence Marchand-Taillade, son badge “Club DSK” épinglé au revers de la veste. "Ce n’est qu’un début !", lance cette militante des radicaux de gauche, candidate aux cantonales à Herblay dans le Val-d’Oise.

Avant la création du Club DSK Val-d’Oise, c’est à La Rochelle à la fin de l’été dernier que l’idée a vu le jour à l’initiative d’Antonio Duarte, un ancien Modem. Aujourd’hui encarté au PS, cet architecte entend faire du Club DSK une locomotive pour les primaires socialistes. “Le club a été fondé dans l’optique de soutenir DSK dans le travail préparatoire aux primaires. Tous les autres candidats sont prêts, déjà en campagne officielle ou officieuse. On ne va pas se mettre en marche au dernier moment”. Pas question cependant de mettre la pression sur le patron du FMI. “Nous ne sommes pas des porte paroles de Dominique Strauss Kahn. On exprime notre propre parole de partisans. On lance cet appel pour l’inviter à se présenter. On pense que sa décision sera tardive”, déclare Antonio Duarte, qui veut croire en une candidature DSK.

Et pour ces fans, qui n’ont jamais rencontré Dominique Strauss-Kahn, ce n’est pas parce que le patron du FMI n’est pas présent sur la scène nationale qu’il ne compte pas. “On entend dire qu’on ne le voit pas, qu’il ne fait rien. Mais s’il y en a un qui travaille pour l’avenir de l’humanité, c’est bien lui !”, lance Gilles Saulière président du groupe d’opposition socialiste à Drancy (Seine-Saint-Denis), faisant référence au travail de DSK au FMI.

Si aucun Strauss-Kahnien historique de Sarcelles ne participait à la réunion, le maire de la ville avait envoyé un observateur. François Pupponi avait missionné le secrétaire de section du PS. Resté en retrait, il n’a pas participé aux débats ni réagi aux questions des journalistes.
 
Les socialistes de Sarcelles ont publié, avant la tenue de réunion, un communiqué dans lequel ils mettaient en garde “contre les initiatives prématurées susceptibles de gêner l’actuel directeur général du FMI". De son côté, le patron du PS Val-d’Oise explique que "celles et ceux, et ils sont certainement nombreux, qui souhaitent soutenir la candidature de DSK lors de l’élection présidentielle de 2012, ont déjà un "club" dans le Val d’Oise et je les invite à le rejoindre dès à présent". Dominique Lefebvre pense évidemment au club PS 95.
 
Au Club DSK, on réplique vouloir participer "aux primaires ouvertes au vrai citoyen". Voir l’interview ci-dessous d’Antonio Duarte, président du Club DSK :
 

Lancement du Club DSK Val d’Oise à Sarcelles
envoyé par vonews. – L’info internationale vidéo.

 Reportage jeudi 2 décembre dans le JT de VOtv – à voir aussi sur www.vonews.fr
 
+ d’info sur www.clubdsk.fr