Le 14 décembre prochain, le Théâtre Carpe Diem d’Argenteuil accueillera la pièce de Michel Quint intitulée « Effroyables Jardins ».

Le protagoniste, un haut fonctionnaire de la Commission Européenne des finances, tout
 jeune enfant, détestait les clowns et trouvait particulièrement ridicules et embarrassantes
les pitreries auxquelles s’adonnait son père, instituteur, qui passait son temps libre habillé en auguste, allant jusqu’à délaisser sa vie familiale.
Un jour, son cousin Gaston lui raconte comment ce père et lui sont entrés dans la
Résistance pendant la seconde guerre mondiale, comment ils sont arrêtés et retenus
comme otages par les nazis, comment ils sont gardés par un soldat clown qui refuse de
perdre son humanité et comment ils sont sauvés in extrémis par le sacrifice extraordinaire
d’un inconnu.

Ce passé mouvementé mêlant quiproquo, humour, peur et amour éclaire l’esprit de
l’adolescent sur les faits et gestes de son entourage marqués par la guerre. Il comprend
alors la complicité muette de sa mère vis à vis de son père, les pirouettes clownesques de celui-ci et, aussi sûrement le plus important, la grandeur de l’homme et le devoir de
mémoire que tout individu doit assumer durant sa vie.
En hommage au père disparu, le jeune garçon devenu adulte se rend sous le
déguisement d’un clown, à Bordeaux au procès de Maurice Papon, l’ancien fonctionnaire
du régime vichyste.

Des personnages d’une rare humanité, un texte d’une grande sensibilité.
Une histoire toute simple… Un épisode de la Résistance
raconté avec beaucoup de pudeur entre rires et larmes.