Le conseil municipal de Louvres, réuni vendredi dernier, a voté à l’unanimité une motion transmise à RFF et la SNCF exigeant la mise en œuvre d’un « plan Marshall » au niveau des transports franciliens. La commune, desservie par la ligne D, approuve ainsi l’association de défense des usagers du RER D « SaDur » dans ses dernières lettres envoyées à la SNCF.

 Dès 2009, la mairie de Louvres avait soutenu les manifestations de l’association SaDur pour demander l’amélioration de la ligne D du RER. Depuis rien à bougé ou presque. « Malgré l’argent dépensé et les prouesses réalisées quotidiennement par le personnel de la SNCF, force est malheureusement de constater que le fonctionnement de la ligne du RER D, ne s’améliore pas » constate cette motion, votée à l’unanimité. Le conseil municipal avance plusieurs raisons à cet échec.

« C’est un « plan Marshall » qu’il faut aux Franciliens »

« L’augmentation continue de nouveau usagers, corrélée pour partie à la promotion des transports en commun dans le cadre du développement durable, la concentration sur Paris des interconnexions de banlieue, le partage avec la ligne du RER B, prioritaire, du tunnel reliant la gare du Nord au gigantesque « hub » constitué par la station Châtelet Les Halles, la complexité de la gestion du train comparé au métro, la longueur de la ligne (160 kms) qui traverse des secteurs géographiques très différents (zones urbanisées, agricoles, forestières…), les actes trop fréquents d’incivilité, font que les infrastructures en place ne répondent plus aujourd’hui aux besoins aux heures de pointe », estime-il. Mais cette situation n’est pas isolée en Ile-de-France et « fait partie plus globalement de la problématique des moyens de transport en Ile-de-France, confirmée par des études récentes qui classent Paris et sa petite couronne comme les plus embouteillées d’Europe… »

« Vécue au jour le jour pendant des années, il est incompréhensible que cette situation pèse sur la santé des usagers et provoque leur exaspération de plus en plus ouvertement » poursuivent les élus de Louvres. Pour eux, « la solution passe par une amélioration du réseau ferré actuel, la création de nouvelles lignes (tangentielle nord, barreau de Gonesse) mais surtout, une « révolution » des moyens de transport par la mise en place d’un métro automatique relié à de multiples « hubs » en banlieue pour désengorger Paris intra-muros. » Une lueur d’espoir subsiste cependant avec les projets du Grand Paris et Arc Express qui, « malgré leurs imperfections, répondent pleinement à cet objectif. »

« Qu’attend-on pour donner le premier coup de pioche ? »

Et la commune de Louvres veut des moyens. « C’est un « plan Marshall » qu’il faut aux Franciliens, écrit-elle dans cette motion. Un nouveau mode de transport avec des financements d’exception. » Si les élus sont conscients qu’une telle « révolution » demande beaucoup de temps et sera l’objet de querelles politiques, ils s’interrogent : « Qu’attend-on pour donner le premier coup de pioche ? »

La motion voté vendredi sera « transmise à RFF et à la SNCF et exige une réponse de RFF et de la SNCF dans les deux mois. »