Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

La 33e édition du Dakar a débuté le 1er janvier par une journée de liaison entre Buenos Aires et Victoria (Argentine). Trois Valdoisiens font parti de la longue caravane de véhicules, tous inscrits en auto. Jean-Claude et Ronald Basso, père et fils, ont remis le couvert après leur belle 37e place acquise l’an passé pour leur première participation. Mais cette fois-ci, les Basso ne partagent pas le même véhicule. Les deux pilotes feront équipe avec des co-pilotes totalement novices dans ce rôle. Le jeune Ronald Basso aura notamment à ses côtés Julien Ménard, son meilleur ami, originaire de Marines. Suivez le parcours de ces Valdoisiens sur vonews.fr tout au long des deux semaines de course.