Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Jean-Claude Basso a pris la 50e place de la deuxième étape du Dakar 2011. Basso père a parcouru les 324 kms de spéciale, disputée entre Cordoba et San Miguel de Tucuman, en 4h09’51’’. Arrivé près d’une heure après le vainqueur du jour, l’inébranlable Carlos Sainz (Volskwagen), le pilote du Toyota Land Cruiser n°369 pointe désormais au 48e rang de la hiérarchie. Il y a eu du mieux aussi du côté de son fils Ronald et de son co-pilote valdoisien Julien Ménard. Les deux hommes ont terminé en 131e position, soit quatre places de mieux que lors de l’étape précédente. Mais problème, le duo est arrivé au bivouac avec la casse d’un troisième turbo et le moteur HS. Leur Dakar s’arrêterait donc dès la deuxième étape selon les informations de leur fan club.