L’assemblée générale du parti écologiste, qui s’est tenue samedi à Vauréal en présence du secrétaire national en charge des élections, Jean-Marc Brûlé, a accepté par 62 voix contre 53 l’accord proposé par le PS pour ces élections cantonales. Europe Ecologie Les Verts aura ainsi le soutien des socialistes sur trois cantons (Argenteuil-Nord, Beauchamp et Viarmes). En contrepartie, les écolos ne se présenteront pas à Eaubonne, Franconville et Marines, et devront respecter la neutralité entre le candidat PRG et PS sur Argenteuil-Ouest.

 "Il y a des moments pour l’autonomie et d’autres pour l’alliance". C’est par cette phrase que Jean-Marc Brûlé, secrétaire national d’Europe Ecologie Les Verts en charge des élections, conclut le débat précédant le vote de l’accord proposé par le PS dans le Val d’Oise. Samedi, les discussions autour de cet accord ont démarré une bonne heure en retard après avoir repoussé difficilement l’entrée d’un groupe de 6 personnes représentant les 34 militants, d’Argenteuil principalement, dont l’adhésion a été refusée par la direction régionale pour entrisme notamment. Ces derniers voulaient distribuer un tract au sein de la salle du conseil municipal de Vauréal pour dénoncer cette situation.

Un changement d’attitude du PS 95

Une fois la situation réglée, le débat sur l’accord électoral avec les socialistes peut s’ouvrir et la présence de Jean-Marc Brûlé ne laisse aucun doute sur l’importance qu’il représente au niveau national. Alors que les propositions du PS auraient certainement été rejetées lors de la première AG de début décembre, reportée suite à l’irruption d’un quizaine de personnes protestant contre le refus de leur adhésion, aujourd’hui les avis ont changé. Il faut dire que depuis le PS "a mis de l’eau dans son vin". Jeudi une dernière réunion rue Solférino à Paris avec, entre autre, le patron du PS 95 et François Delcombre, secrétaire départemental d’EELV, a permis une avancée pour les écologistes: ils peuvent désormais choisir les cantons où ils devront s’effacer au profit du PS. "Nous avons alors choisi Marines car nous n’avons aucune implantation locale et Eaubonne et Franconville, car nos équipes travaillent déjà avec les socialistes locaux et cela se passe bien" appuie-t-il. Un changement d’attitude téléguidé par les instances nationales, confirme Jean-Marc Brûlé. "Le Val d’Oise représente une image importante au niveau national en vue de 2012" explique-t-il. Son basculement à droite serait vécu comme un échec de la gauche, qui a pris le Conseil général pour la première fois depuis 40 ans en mars 2008.

Lors du débat, chacun a pu expliquer sa position avec un point commun : tous critiquent malgré tout la gestion des socialistes aux manettes depuis trois ans. "On ne peut pas travailler avec des gens pro Grand Paris et pro Grand Roissy" exposent les opposants à l’accord. "Le pire ce n’est pas que la droite remporte le département mais que la gauche le conserve et fasse une politique de droite" ajoutent les plus farouches. "Accepter l’accord c’est donner des billes au PS pour qu’il continue ce qu’il fait" estime-t-on, avançant un bilan du Conseil général "pas positif en matière d’écologie". Et le récent discours de Didier Arnal, défendant les grands projets économiques à l’est du département, lors des voeux à la presse est sur toutes les lèvres…

Ceux favorables à l’accord ne manquent pas d’arguments non plus. "Notre présence sur Argenteuil-Nord permettra d’élever le débat sur cette ville" avance Jean-Christophe Poulet, maire de Bessancourt. Sa voisine de table voit même l’éventuelle arrivée d’un écolo au poste de vice-président comme "l’évènement politique de 2011". "Il faut absolument empêcher cette droite sarkozyste d’arriver au pouvoir" reprend un militant. Sur l’absence de programme commun, parfois reprochée par les partisans de l’autonomie, Bernard Morin, maire de Vauréal, y voit l’occasion de "rester libre." "Nous serons dans la même situation avec ou sans accord" ajoute-t-il. Une dernière prise de parole résolument optimiste du secrétaire national clot le débat sur cet accord. "Argenteuil Nord restera à gauche et Beauchamp basculera", prédit-il.

Au final, 62 militants sur 118 votants (52,5%) prennent position en faveur de cet accord , 53 se prononcent contre (45%), 3 s’abstiennent (2,5%). A l’issue du vote, tous les adhérents sont appelés à désigner leurs candidats, dont voici la liste:

*Argenteuil Nord : Michel Vampouille
*Beauchamp : Patrick Planche
Beaumont-sur-Oise : Gilles Monsillon
Ecouen : Daniel Cariani
Garges Est : Yassine Ayari
Gonesse : Mohamed Ouerfelli
Herblay : Loeiz Rapinel
Magny-en-Vexin : Joan Fenet
Montmorency : Catherine David-Delcombre
Saint-Ouen-l’Aumône : Rose-Marie Saint-Germes-Akar
Sannois : Roger Pitiot
Sarcelles Nord-Est : Chantal Gourinel
Sarcelles Sud-Ouest : Myriam Duquenne
Vallée du Sausseron : Amandine Dewaele
*Viarmes : Michèle Loup

(*) Cantons où le PS soutient EELV.