Les conseillers municipaux LO, Patrice Crunil et Dominique Mariette, s’inquiètent dans un communiqué des « coupes sombres » préparées par le recteur d’Académie et de ses conséquences sur l’enseignement secondaire à Argenteuil. « C’est la déclinaison locale de la décision gouvernementale de supprimer  à nouveau 16 000 postes à la rentrée prochaine à l’échelle du pays, soit près de 500 postes tous niveaux confondus pour la seule Académie de Versailles » exposent-ils.

Alors que les prévisions de personnels enseignants pour la rentrée prochaine pour les collèges et les lycées d’Argenteuil commencent à se préciser, les élus Lutte Ouvrière de la commune montre au créneau. Selon eux, le rectorat prévoit une diminution importante des postes d’enseignants dans la majorité des établissements du secondaire de la localité. « Ainsi, dans un lycée comme le lycée Georges Braque, il prévoit de supprimer 135, 5 des heures dites postes, c’est-à-dire d’enseignement, ce qui entraînerait la suppression de cinq à huit postes d’enseignants » illustrent les conseillers municipaux qui craignent ni plus ni moins une « liquidation des zones dites d’éducation prioritaire qui limitent encore dans un certain nombre d’établissements au moins, le nombre d’élèves par classe » et donc « une hausse drastique et généralisée des effectifs de ces classes. »

« Empêcher ce nouveau mauvais coup aux conséquences désastreuses »

« Cela se traduirait par une nouvelle dégradation, en particuliers des établissements recrutant majoritairement parmi les enfants des classes populaires, au plus grand bénéfice de l’enseignement privé, poursuivent-ils. C’est inadmissible, c’est inacceptable. » Les deux conseillers municipaux LO d’Argenteuil appellent ainsi l’ensemble des familles, les élèves, les personnels, avec leurs organisations, de parents et de personnels de l’éducation nationale, à se mobiliser « pour empêcher ce nouveau mauvais coup aux conséquences désastreuses. »