Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Saint-Gratien-Sannois (Nationale 2) s’est fait peur mais a repris sa marche en avant vers la Nationale 1. Face à Nantes (b), les hommes de Bruno Potard sont revenus sur le fil pour s’imposer 22 à 21. Les Diables Rouges occupent la 4e place de la poule 1 de N2 après treize journées. En Nationale 1, c’est toujours aussi compliqué pour Saint-Ouen-l’Aumône. A domicile contre Bordeaux, deuxième de leur poule, les Verts ont été trop irréguliers et terminent la rencontre avec un déficit de neuf buts (27 à 36). Les Valdoisiens restent donc toujours dans la dangereuse zone de relégation alors qu’ils reçoivent le leader Mainvilliers-Chartres samedi soir. Chez les féminines, Cergy-Pontoise ne s’en sort pas. Les Kiwis ont été surclassées, 30 buts à 23, par leurs homologues d’Issy-Paris. Les protégées de Roch Bedos restent logiquement dernières de Division 1 et devront impérativement battre Dijon samedi prochain pour croire encore à leur chance de maintien.