Après les récents incidents sur les trains grandes lignes et ceux à répétition sur les réseaux urbains, la SNCF a décidé de réagir. Ce jeudi, son président, Guillaume Pépy, a présenté un « plan de renforcement de la qualité de service » pour 12 lignes sensibles dont les RER A et D, qui traversent le Val d’Oise.

 Sur les 12 « lignes malades » concernées par ce plan d’urgence, seule trois sont en Ile-de-France : le RER A, le RER D et la ligne N (Paris-Rambouillet, Paris-Plaisir-Mantes et Dreux). Sur ces liaisons, la qualité de service sera améliorée selon quatre axes majeurs: fiabilisation durable du matériel roulant, amélioration des conditions d’exploitation, limitation de l’impact sur la régularité des causes externes à l’entreprise et amélioration de l’information des voyageurs en situation perturbée. La SNCF précise également qu’un « responsable consommateurs » sera particulièrement responsable du dialogue avec les voyageurs sur ces lignes.

Une nouvelle accueillie avec satisfaction par le député UMP de Roissy, Yanick Paternotte, qui se bat depuis longtemps pour l’amélioration de la ligne D du RER, « véritable calvaire au quotidien pour de nombreux usagers ». Il attend désormais « un calendrier concret et réaliste de la mise en œuvre des réalisations prévues pour que, notamment les usagers de l’Est du Val d’Oise, disposent, enfin, de transports en commun fiables et dignes de ce nom ! »