Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Ni les féminines de Cergy-Pontoise (D1), ni les hommes de Saint-Ouen-l’Aumône (N1) ou de Sannois-Saint-Gratien (N2) n’ont réussi à ramener une victoire ce week-end. Face à Dijon, concurrent direct pour le maintien en élite, Cergy-Pontoise a sombré 22 à 29 et compromet réellement ses chances de rester au plus haut niveau français. A Saint-Ouen-l’Aumône, le constat est identique après une nouvelle défaite 24 à 34 aux mains du leader Mainvilliers-Chartres. Enfin, les hommes de Sannois-Saint-Gratien ont été renversés 27 à 33 par Saint-Michel, une équipe pourtant moins bien classée. Les Valdoisiens occupent la quatrième place de la poule 1 de Nationale 2 après 14 journées de championnat.