Comme tous les 8 mars depuis 1910, c’est aujourd’hui la journée de la femme. Un évènement qui ne doit pas faire oublier qu’elles sont souvent victimes d’agressions. Il faut rappeler qu’en France, une femme est tuée tous les deux jours par son compagnon ou ex-compagnon et qu’une femme est violée toutes les trois minutes. VOtv est allée à la rencontre de Marie-Ange Le Boulaire, maire adjointe à l’éducation et à la famille à Saint-Leu-la-Forêt. Présidente de l’Association Nationale pour la Reconnaissance des Victimes, elle se bat quotidiennement pour leur venir en aide. Un combat qu’elle mène également pour que les villes et l’état s’impliquent davantage dans un travail de coordination entre les services policiers, juridiques et sociaux, nécessaires à la reconstruction des victimes. Aujourd’hui, elle l’assure : la lutte à mener est encore longue.

 Violée par le multirécidiviste Patrick Trémeau en 1994, Marie-Ange Le Boulaire a su faire de son expérience traumatisante une force. Après avoir écrit son histoire (« Le viol », éditions Flammarion et J’ai Lu), elle a réalisé plusieurs reportages. Son but, informer les victimes sur leurs droits et combattre le fléau de la violence. Présidente de l’Association Nationale pour la Reconnaissance des Victimes, elle est à l’origine de la création de la Journée Européenne des Victimes, qui a eu lieu pour la première fois le 22 février dernier.

http://www.dailymotion.com/embed/video/xhg80b