A Gonesse, la riposte s’organise après la décision de l’Agence Régionale de Santé de fermer le service de cardiologie interventionnelle. Raison invoquée : ce service n’atteint pas le quota de 350 angioplasties par an fixé par l’ARS. Ce matin un Conseil de Surveillance extraordinaire était convoqué à l’initiative du maire, Jean-Pierre Blazy, pour lancer un plan d’actions pour les jours à venir. Une motion demandant le maintien du service a été votée, un recours hiérarchique a également été envoyé au ministre de la Santé pour qu’il annule cette décision et une pétition a été lancée. Le reportage de VOtv. 

http://www.dailymotion.com/embed/video/xhhgvn