Dominique Frémin, la candidate du Front de gauche sur le canton de Beaumont, aimerait plus de clarté dans la campagne des cantonales de la part de ses adversaires. Elle fustige le sortant, Arnaud Bazin « qui joue la carte ambiguë de l’apolitisme  alors qu’il est soutenu par l’UMP » et le Front national « qui essaie de tromper les électeurs des quartiers populaires ». Pour les contrer, Dominique Frémin met en avant des idées permettant « d’associer l’ensemble des citoyens du canton à la prise de décisions ».

 « C’est vraiment une drôle de campagne sur notre canton » s’étonne la candidate du Front de gauche « plusieurs candidats avancent masqués ». En disant cela, elle vise en priorité Arnaud Bazin à qui elle reproche le fait de ne pas afficher le soutien qu’il a reçu de l’UMP. « Il est de ce fait responsable de la situation catastrophique que nous vivons (recul de l’âge de la retraite, casse de la santé ou de l’école…) » précise-t-elle.

Elle s ‘insurge de l’attitude du Front national qui « essaie de tromper les électeurs des quartiers populaires de notre canton alors qu’il défend le même programme « économique et social » que l’UMP ». Pour argumenter, elle rappelle que « le FN est pour la retraite à 65 ans, pour la suppression de milliers de postes de fonctionnaires dont 20 000 dans l’Education nationale, pour les aides aux patrons et aux plus riches… »

Face à cette droite « qu’il faut impérativement battre », les candidats du PS et d’Europe-écologie n’apportent pas, selon elle, des solutions à la mesure des enjeux. « Ils ne remettent pas en cause fondamentalement le système, ils s’y adaptent » regrette-t-elle. Elle prend l’exemple du maire de Beaumont, soutien d’Emmanuel Maurel, qui « vient d’accepter » le plan de restructuration de l’Hôpital de sa ville, « plan qui met à mal le service public de santé » souligne-t-elle. Même remarque sur la question du lac des iments, Dominique Frémin précise : « nous sommes les seuls à proposer que l’entreprise Calcia soit mise à contribution financièrement pour un aménagement environnemental du site ».

Elle insiste pour que la voix des habitants du canton soit entendue au Conseil général. C’est pourquoi, la candidate du Front de gauche s’engage, si elle est élue, à associer l’ensemble des citoyens du canton à la prise de décisions en créant un Conseil cantonal regroupant les acteurs politiques, associatifs, économiques, sociaux et citoyens. Elle suggère aussi de donner plus de poids aux référendums locaux en les utilisant par exemple sur la question des services publics ou sur celle du lac des Ciments.