Dans un communiqué, l’Association des Musulmans de Gonesse (AMG) tient à se désolidariser des propos de Geoffroy Didier, candidat UMP sur le canton. Auteur d’un tract où il dit « Non à la burqa, Non aux minarets et Non à l’asservissement de la femme dans le Val d’Oise », cet ancien conseiller de Brice Hortefeux au ministère de l’Intérieur, s’est défendu des attaques venues de la gauche en précisant notamment que « des représentants d’association de musulmans de Gonesse » tenaient « précisément le même discours. » L’AMG « ne s’associe aucunement à lui et ne partage aucunement les propos qu’il tient au sujet de la burqa, des minarets et ou de la femme soumise et autres » précise l’association.

 Citée « à tort » sur les sites « Rue 89 » et « Vonews » dans la campagne électorale, l’association qui gère la mosquée de Gonesse a tenu à réagir. « Compte tenu de ce comportement incompréhensible, et inconvenant de sa part à notre égard, l’association tient à faire savoir à tous, qu’elle ne soutient aucunement Mr Didier Geoffroy dans sa campagne électorale et qu’elle ne s’associe aucunement à lui, et ne partage aucunement les propos qu’il tient au sujet de la BURKA, des MINARETS et ou de la femme soumise et autres », écrit l’association des musulmans de Gonesse.

Lors de l’interview accordée à VOnews.fr, le conseiller régional UMP et candidat sur le canton de Gonesse, assurait que son tract distribué correspondait au discours des musulmans de Gonesse. Attaqué par la gauche qui qualifiait ce document de campagne de « xénophobe », Geoffroy Didier a alors répondu : « j’ai d’ailleurs discuté avec des représentants d’association de musulmans de Gonesse qui tiennent précisément le même discours. Ils nous disent on ne veut pas de minarets, on ne veux pas de burqa puisque si on laisse la burqa, les minarets et les prières dans la rue se développer alors, à ce moment là, la communauté musulmane de France sera stigmatisée et c’est le Front National qui gagnera. »

« Mr Didier Geoffroy reste seul responsable des propos qu’il tient et qu’il assume lui-même comme il le dit, rétorque l’association des musulmans des Gonesse qui « ne demande qu’à pratiquer son culte dans le calme, la sérénité, le respect d’autrui et des lois. »

Elle rappelle d’ailleurs que ces sujets ne sont « pas de son ressort » mais restent « du domaine des hautes autorités religieuses et de l’Etat Français. »