L’arrivée des nouvelles rames Francilien sur le réseau SNCF Paris-Nord-Ouest s’est accompagnée de nombreuses défaillances. Le rodage difficile des 18 trains « boa » déjà livrés par le constructeur Bombardier provoque des difficultés importantes d’exploitation, obligeant la SNCF à mettre en circulation de trains courts, voire à supprimer des trains. Le STIF demande donc à la SNCF et à Bombardier de déployer rapidement toutes les mesures possibles pour rétablir le bon fonctionnement de la ligne. 5 réunions sont parallèlement organisées par la SNCF pour rencontrer les usagers.

 Alerté par les témoignages des usagers et par l’évolution négative des indicateurs de suivi, Jean-Paul Huchon, président du STIF, en contact permanent avec ses homologues de la SNCF et de Bombardier, Guillaume Pépy et Michel Navarri, leur a demandé « de mobiliser leurs entreprises dans un véritable plan d’actions afin de remédier le plus rapidement possible aux dysfonctionnements constatés. »

Jean-Paul Huchon rappelle que « le Stif a consacré près d’un milliard d’euros à cet ambitieux programme de modernisation du matériel. Il attend que les 2 entreprises tiennent leurs engagements contractuels dans un délai raisonnable, vues les difficultés de transports auxquels sont confrontés les Franciliens sur cette ligne. »

Quelques efforts immédiats

Selon le STIF, Bombardier a mobilisé 30 à 40 personnes supplémentaires pour accélérer le processus de fiabilisation. Le retard, qui est de 2 mois actuellement, devrait donc être entièrement rattrapé d’ici juin. La SNCF, quant à elle, a ajouté trois rames à la ligne H début mars, et une 4e est arrivée cette semaine. Enfin, le STIF a sollicité la SNCF pour qu’elle aille, en tant que transporteur, rencontrer élus et usagers pour leur expliquer les raisons de la situation actuelle et les mesures pour remédier aux dysfonctionnements.

Deux réunions ont déjà eu lieu à Maffliers (95) le 1er mars et à Paris-Nord le 15. D’autres vont suivre selon le calendrier suivant :

Sarcelles : 29 mars de 7 h 30 à 9 h 00
Persan-Beaumont : 31 mars de 7 h 30 à 9 h 00
Monsoult : 5 avril de 7 h 30 à 9 h 00
Domont : 8 avril de 7 h 30 à 9 h 00
Ecouen : 12 avril de 7 h 30 à 9 h 00