Elisabeth Boyer, présidente de la fédération PRG du Val d’Oise, demande aux électeurs de voter « pour le candidat de gauche resté en lice ». Elle craint une alliance entre l’UMP et le FN.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Le Parti Radical de gauche du Val d’Oise appelle ses électeurs à voter pour les candidats de gauche (PRG, Verts, PS et Front de gauche) encore en lice pour le second tour des élections cantonales. Il entend ainsi permettre à la gauche de conserver sa majorité au conseil général. Un moyen aussi de dénoncer le « Ni Ni de Nicolas Sarkozy pour le 2ème tour des cantonales ». Pour le PRG, « ce message n’est pas autre chose qu’un signe donné à l’électorat UMP et FN de fusionner contre la gauche ». Et d’ajouter : « Par ce choix stratégique qui le rapproche de l’extrême droite, N. Sarkozy signe sa rupture avec le Chiraquisme. La situation politique est encore plus confuse qu’en 2002 ».