Suite au séisme et au tsunami qui ont ravagé les côtes japonaises le 11 mars, le Comité d’expansion économique du Val-d’Oise (CEEVO) a décidé de se mobiliser à travers l’opération « Solidarité Japon ». L’agence de développement économique entend faire profiter le peuple japonais des liens privilégiés unissant le Val d’Oise et le Japon depuis 24 ans. 

Katia Tombois
14.00

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Après la catastrophe qui a touché le Japon, le Comité d’expansion économique du Val-d’Oise (CEEVO) a décidé de venir en aide aux sinistrés. Le CEEVO, qui entretient des relations  particulières avec le pays du soleil levant, a réalisé un appel aux dons à destination des dirigeants d’entreprises du Val d’Oise. Il leur est proposé de donner à l’ordre de la « Fondation de France-Solidarité Japon ». Le CEEVO se charge de centraliser l’ensemble des donations. Les sommes collectées seront redistribuées aux associations japonaises qui viendront en aide aux sinistrés les plus fragilisés.

Ce soutien vient concrétiser 24 années d’étroite collaboration entre le Val d’Oise et le Japon, notamment dans le cadre d’une charte d’échanges et de partenariats nouée entre le département et le gouvernement de la préfecture d’Osaka. Cette proximité va même plus loin avec des échanges d’étudiants, des partenariats technologiques, universitaires ou culturels, et par des actions de promotion du territoire valdoisien pour l’attraction d’entreprises japonaises. Aujourd’hui, une soixantaine d’entre elles ont déjà choisi le département pour implanter un établissement.