Au lendemain du basculement du conseil général du Val d’Oise à droite, la gauche peine à digérer son échec. Le Parti de gauche qui blâme autant la stratégie de l’UMP que les conflits à gauche déplore en outre l’abstention qui a pesé dans cette élection.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;}

La soirée du dimanche 27 mars restera pour la gauche valdoisienne comme un échec. Le parti de gauche critique ainsi la gestion « scandaleuse et catastrophique » de la commune d’Argenteuil par le maire Philippe Doucet qui a sans doute scellé l’issue de ces élections cantonales en offrant deux cantons à la droite. Le parti déplore en outre le fait que la gauche n’ait pas su « mobiliser ». Amer, il critique le choix des candidats UMP de se présenter comme UVO. « La droite qui a mené une campagne en masquant sa véritable identité (UMP) reprend le département ». Et d’ajouter : « la droite honteuse ne va pas le rester longtemps ».

La Parti de gauche souligne « le gouffre qui sépare désormais les Français des institutions qui les représentent » et « la lassitude, l’incompréhension et le dégout du peuple au profit des petits arrangements entre amis ». Il promet cependant de veiller à la sauvegarde de certains acquis tels que RestO collège, VO Bébé ou encore l’aide au financement du permis de conduire pour les jeunes.