A la tête d’une mission de la commission des Affaires étrangères en Tunisie la semaine dernière, le député-maire UMP de l’Isle-Adam, Axel Poniatowski s’est exprimé devant l’Assemblée nationale dans le cadre du débat sur les relations entre l’Europe et la Méditerranée, qui a eu lieu ce mercredi. Lors de cette séance, il a déclaré que « l’Union européenne doit aider davantage les démocraties naissantes ».

SNCF
14.00

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;}

 Axel Poniatowski s’est félicité du débat qui a été, selon lui, « l’occasion d’échanger les réflexions et les propositions que nous inspirent les profondes mutations dans les pays arabes ». L’élu a notamment expliqué que la Tunisie « doit aujourd’hui compter sur une population jeune et nombreuse, qui partage la même impatience, les mêmes indignations, des valeurs et un idéal communs ». Déclarant que la commission des Affaires étrangères en Tunisie lui avait permis de « mesurer l’ampleur de la mutation que ce pays traverse » il ajoute que c’est « avec cette nouvelle génération, qui aspire à une nouvelle société, que l’Union européenne doit jouer un rôle phare ». Et d’ajouter que l’Europe doit « répondre à leurs demandes de justice et de progrès social, aider les démocraties naissantes à leur apporter formation et emploi ». Le député déclare aussi que l’UE doit être « le partenaires privilégiés et actifs de ce nouveau souffle démocratique ». Et de conclure, « l’attente du Monde arabe à notre égard est forte, très forte. C’est un plan Marshall pour le Maghreb qui est attendu et qu’il faut mettre en place ».