Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Dans une interview accordée au quotidien 20 minutes, Arnaud Bazin (DVD), nouveau président du conseil général, a indiqué vouloir augmenter la taxe foncière et faire des économies. Un discours qui vient contredire sa déclaration du 5 mars dernier dans les colonnes du Parisien Val d’Oise, « nous ne toucherons pas à la tâche foncière ».

 Quatorze ans que la fiscalité locale n’avait pas augmenté. Il semble que cette période soit révolue aujourd’hui après l’annonce faite par le nouveau président (divers droite) du conseil général dans les colonnes du quotidien 20 minutes hier. Arnaud Bazin y affirme que « pour maintenir un certain niveau d’investissement sans s’endetter davantage, il faut agir sur les leviers fiscaux. » Sa solution, « augmenter la taxe foncière car les économies de fonctionnement ne suffiront pas à équilibrer le budget. » Le vétérinaire de profession évoque une situation inévitable, « nous frôlons le milliard d’euros de dettes. » Il n’hésite d’ailleurs pas à écorner l’ancienne gouvernance. « Elles (ndlr : les dettes) ont pratiquement doublé en trois ans avec les socialistes. Il faut revenir à une gestion très rigoureuse et économe. » Des économies, Arnaud Bazin souhaitent en faire sur le fonctionnement même du conseil général. « Des économies de fonctionnement vont être demandées aux services. L’enveloppe consacrée aux personnels des cabinets va être divisée par deux. Et on va annuler les opérations de communication qui n’ont pas d’impact sur les habitants. »

Cette déclaration risque toutefois de mal passer auprès des Valdoisiens alors que le maire de Persan avait annoncé le 5 mars dernier dans les colonnes du Parisien Val d’Oise, « comme depuis 1997, on n’a pas augmenté les taux des impôts locaux, on continuera en ne touchant pas à la taxe foncière ». Reste maintenant à savoir ce qu’il se passera lors du vote du budget prévu le 29 avril prochain.