L’annonce d’une prochaine augmentation des impôts par le nouveau président du Conseil général, Arnaud Bazin, a immédiatement fait réagir l’ancienne majorité socialiste. A la tête d’un département parmi les plus endettés de France, la droite a ainsi dû renoncer à un des ses engagements. « Il s’agit purement et simplement d’un reniement de l’UMP-UVO qui nous aura tout caché durant cette campagne : son logo et son programme réel. Doit-on s’attendre à de nouvelles surprises de la droite ? » se demande Didier Arnal (photo), président du groupe Val d’Oise Utile et Solidaire.  

 Alors que la droite assure découvrir des finances départementales dans un piteux état après trois ans de majorité socialiste, la gauche, elle, rappelle que le principal responsable de cette situation est l’Etat. « La nouvelle majorité UMP-UVO, justifie ce retour sur ses promesses par une situation financière d’un département qu’elle a dirigée pendant 40 ans avant les trois années de gestion de la gauche, en occultant complètement la responsabilité de l’état qui est pourtant bien le principal responsable pour plus de la moitié de cette dette d’un milliard » précise aujourd’hui le groupe d’opposition « VOUS ».

« C’est l’état qui asphyxie les Conseils généraux »

« Depuis 2004 c’est bien l’état qui asphyxie les Conseils généraux par les transferts de charges non compensés, aujourd’hui c’est 412 millions d’euros que l’Etat doit au département », ajoute Didier Arnal qui avait déjà dénoncé cette situation avec 60 autres départements dans un courrier adressé à François Fillon en octobre 2010. Il lui avait alors demandé de prendre rapidement « les mesures nécessaires pour une réelle mise en œuvre de compensation intégrale et durable des charges transférées de l’Etat aux Conseils généraux. »

La gauche accuse la droite valdoisienne de s’en prendre « au mépris de nombreuses familles à leur pouvoir d’achat ainsi qu’aux services publics de proximités si utiles à leur quotidien au lieu d’interpeller l’état sur la situation financière du département ».

« Je ne m’attendais pas à ce qu’il ose aller chercher ces deniers dans la poche des Valdoisiens ce qu’il n’ose pas aller réclamer à ces amis de l’UMP au niveau  national, surtout en cette période de crise qui touche durement l’ensemble des ménages Valdoisiens »,
glisse en guise de conclusion l’ancien président PS du Conseil général, Didier Arnal.

Arnaud Bazin a expliqué, en fin de semaine dernière dans 20 minutes, que « pour maintenir un certain niveau d’investissement sans s’endetter davantage, il faut agir sur les leviers fiscaux. » Sa solution : « augmenter la taxe foncière car les économies de fonctionnement ne suffiront pas à équilibrer le budget. »

Le nouveau président (divers droite) du conseil général a expliqué que « des économies de fonctionnement vont être demandées aux services. L’enveloppe consacrée aux personnels des cabinets va être divisée par deux. Et on va annuler les opérations de communication qui n’ont pas d’impact sur les habitants. »