Samedi dernier, la ville de Courdimanche et sa maire, Elvira Jaouën, ont lancé un concept peu banal : l’écopâturage. Le but de cette expérience : ne plus utiliser les polluantes tondeuses à gazon et les remplacer par un troupeau de mouton pour l’entretien du terrain de la plaine de jeux.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:auto;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:auto;
mso-para-margin-left:0cm;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

 Une initiative qui a plu aux petits et grands de la commune, qui ont été invités à venir faire connaissance avec le troupeau ovin et à participer aux animations proposées. Ainsi, les riverains ont pu voir « démonstration de chiens de troupeaux, atelier ludique autour de la laine », discuter avec les professionnels de la ferme d’Ecancourt qui utilise déjà l’éco-pâturage et participer à une mini-transhumance qui menait les moutons jusqu’à leur nouveau lieu de vie, le terrain de la plaine de jeux en bas de la commune.

« L’objectif de cet après-midi était de présenter l’éco-pâturage et ses avantages aux Courdimanchois, mais aussi de répondre à leurs interrogations, explique Elvira Jaouën. Le bilan de cette action est positif. Cela laisse augurer une belle réussite à ce projet novateur et ambitieux ». Un projet qui peut se réaliser grâce à la collaboration entre Cergy-pontoise et les professionnels de la Ferme d’Ecancourt. L’avantage de ce système naturel de tonte est de « favoriser le développement d’une flore diversifiée, propice à l’épanouissement d’insectes tels que les papillons. C’est toute la chaîne alimentaire qui bénéficie de cette diversité. »