Invité de l’émission Face à la Presse de VOtv, en partenariat avec Le Parisien/L’Echo/La Gazette, le nouveau président (divers droite) du Conseil général a expliqué qu’il entendait se consacrer « à 200% » au département. Il a réduit son activité professionnelle et va lâcher son mandat de maire de Persan. Il se voit à la fois « gestionnaire » et « aménageur ». Et promet, après la décision d’augmenter l’impôt foncier, une « réorganisation de la maison » Conseil général pour trouver 29 millions d’euros d’économie. « On ne négligera rien » prévient l’élu. Arnaud Bazin annonce aussi pour juin des propositions en direction de la jeunesse. Politiquement, son nom circule pour les sénatoriales. L’UMP lui fait les yeux doux, ce que le président du Conseil général du Val-d’Oise ne dément pas. « Ce n’est pas une revendication de ma part. Il y a des gens qui pensent qu’ un président de Conseil général est légitime pour être sur une liste de sénatoriale »
 
« Une tâche à 200% où les journées sont un peu courtes ». C’est ainsi qu’Arnaud Bazin, 52 ans, décrit ses premiers jours à la tête du Val-d’Oise. Le nouveau président (divers droite) du Conseil général se présente comme « un homme de projet ». Comment imagine-t-il sa présidence ? Il se voit à la fois « gestionnaire » et «aménageur ». Il a évoqué les grands dossiers d’infrastuctures : 
 
 

Vétérinaire de profession, le tout nouveau président de l’assemblée départementale continuera d’exercer son métier un jour par semaine « pour garder le contact d’une part avec le monde du travail et d’autre part avec les clients ». « Pour moi les semaines ont six jours donc ça me laisse cinq journées pour l’activité publique et même un peu plus. » Arnaud Bazin assure également ne pas découvrir la charge de travail : « Pendant 10 ans j’ai été vice-président en charge des affaires sociales, le cœur de métier du Conseil général ». 

Arnaud Bazin devra abandonner son mandat de maire de Persan, loi oblige. S’il n’a pas encore remis sa lettre de démission, le nom de son successeur sera connu vers la mi-mai à l’issue du vote du conseil municipal.

Au cours de ce Face à la Presse, Arnaud Bazin est revenu sur l’augmentation des impôts qu’il a justifié par une situation financière « plus grave que prévue ». « On avait 10 jours pour voter le budget dans les délais. C’est une décision douloureuse qui nous est imposée par les circonstances. Nous n’avions pas le choix. » Pour renflouer les caisses du département, cette hausse de la taxe foncière doit s’accompagner d’un plan d’économie sur les dépenses de fonctionnement du Conseil général.

Cette « réorganisation de la maison » Conseil général devrait représenter 29 millions d’euros sur une année pleine. « On ne négligera rien » prévient l’élu. Un budget supplémentaire sera voté en juin, l’occasion de porter un projet pour la jeunesse. Les bourses d’insertion professionnelle seront « musclées ». La séance de juin sera également consacrée à la révision du système d’aides aux communes.  

Le nouveau président du Conseil général a également évoqué son avenir poltique personnel. Arnaud Bazin a confirmé qu’il avait été approché par l’UMP pour figurer sur la liste des sénatoriales en septembre. Il s’est dit « à la disposition de la majorité départementale » mais que cela n’aurait « aucune conséquence sur son étiquette politique ». Il entend rester non inscrit. Et de préciser sur cet appel du pied de la majorité présidentielle pour les sénatoriales: « C’est une hypothèse que je ne rejette pas (…) Ce n’est pas une revendication de ma part. Il y a des gens qui pensent qu’ un président de Conseil général est légitime pour être sur une liste de sénatoriale puisque le sénat représente les collectivités locales. Est ce que c’est un objectif en ce qui me concerne ? je vous répond clairement non. Je suis à la disposition de mes amis de la majorité départementale s’ils jugent cela nécessaire, mais ce n’est pas une revendication ». A suivre… 

Axel Poniatowski, le Président de l’UMP Val d’Oise, a fait savoir qu’il réunira le Comité Départemental de son parti le 16 mai dans sa ville de l’Isle-Adam, en vue de procéder à la désignation des candidats à l’élection sénatoriale de septembre prochain. Il sera procédé à un vote à l’issue des débats où les 300 délégués pourront exprimer leur choix.  Il reviendra ensuite à la commission nationale d’investiture de l’UMP de valider ou non ces résultats et d’établir ainsi la liste officielle des 5 candidats. (et 2 suppléants) qui représenteront l’UMP à ce scrutin.

Revoir le Face à la Presse : 

 
Face à la presse 03052011 par vonews