Organisé le 7 mai dès 9h au départ de Bezons, le 3e rallye pour la solidarité urbaine du Collectif Départemental du Logement traversera les communes de Parmain et de Nesles-la-Vallée. Son objectif : réclamer un plan d’urgence pour le logement social. 25 des 62 communes de plus de 1500 habitants du Val d’Oise, dont les 2 traversées par le rallye, ne respectent pas la loi SRU qui les oblige à posséder 20% de logements sociaux sur leur territoire.

Aujourd’hui, le Val d’Oise manque cruellement de logements sociaux. Alors que 30 000 demandes sont encore en attente, le département accuse un retard de 6 000 logements. Pire, 10% de ces demandes émanent de communes ne respectant pas la loi SRU, qui impose aux communes de plus de 1500 habitants de construire 20% de logements sociaux sur leur territoire. 25 villes sont concernées dans le Val d’Oise. C’est pour dénoncer cette situation que le Collectif Départemental du Logement traversera 2 communes « hors-la-loi », Parmain et Nesles-la-Vallée. L’objectif, réclamer la construction de logements sociaux dans ces villes. 

En outre, le collectif dénonce l’attitude de la préfecture qui « va même jusqu’à exercer, avec l’application détournée de la loi DALO, une pression grandissante sur des communes comme Bezons ou Argenteuil qui, elles, respectent la loi SRU, afin d’accueillir des familles provenant d’autres communes  ». Sourde aux revendications du Collectif Départemental du Logement, elle refuse pour l’heure de lancer un plan d’urgence au logement. « Afin que le Val d’Oise retrouve une situation acceptable, il faut prévoir la construction de 7 000 logements par an, appliquer de façon stricte la loi SRU, développer la construction de logements étudiant, établir un plan de suppression de l’habitat indigne et insalubre et prévoir une plus juste répartition des dossiers DALO sur l’ensemble du territoire valdoisien » explique le collectif.

Rallye III pour la solidarité urbaine
Le 7 mai à partir de 9h00
RDV : Mairie de Bezons, rue de la mairie

Il se rendra à Parmain et à Nesles-la-Vallée, 2 communes du département qui comptent moins de 3% de logements sociaux et rencontrera la population pour dialoguer et lutter contre la loi Boutin et le désengagement inadmissible de l’État.