Selon une indiscrétion de nos confrères du Parisien Val d’Oise, le service de cardiologie interventionnelle de l’hôpital de Gonesse, menacé de fermer le 21 mai, va bénéficier d’un sursis de quelques mois. C’est le directeur de l’Agence Régional de Santé, Claude Evin, qui l’a fait savoir au maire socialiste, Jean-Pierre Blazy. L’annonce du maintien de cette activité sera officielle jeudi prochain, ajoute le quotidien.

 L’Agence Régionale de Santé avait décidé de fermer le service de cardiologie interventionnelle car son activité n’atteignait pas le quota de 350 angioplasties par an fixé par l’ARS. Depuis l’hôpital de Gonesse a organisé sa riposte, multipliant les actions. De manifestation au siège de l’ARS en passant par une pétition réunissant environ 15 000 signature, la mobilisation a visiblement payé.

"Le nouveau délais doit aboutir à la réalisation d’un partenariat extérieur afin d’atteindre le seuil demandé et ainsi pérenniser le service" précise la mairie.