Alors que le ministre des affaires européennes, Laurent Wauquiez, est vivement critiqué pour ses propos sur le RSA, le groupe des Réformateurs-Libéraux apporte son soutien à l’élu. Par la voix de son président Hervé Novelli et son porte-parole et secrétaire général, Yanick Paternotte, le groupe salue les propositions de Laurent Wauquiez qui « s’engage pour changer le modèle social français ».

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Le ministre, chef de file du groupe « Droite sociale », propose une série de mesures telles que le plafonnement des prestations sociales à 75% du SMIC ou la participation à des travaux d’intérêt général 5 heures par semaine en contrepartie du versement du Revenu de Solidarité Active (RSA). Une position fustigée par une partie de l’opposition mais aussi par de nombreux élus de droite. Pourtant, les Réformateurs-Libéraux  applaudissent les déclarations du ministre. Ils se félicitent ainsi « de voir leurs idées gagner du terrain au sein de la majorité, y compris au sein de l’aile sociale de l’UMP ». Et d’ajouter : « il faut mettre un coup d’arrêt à l’explosion des dépenses sociales qui creusent le déficit sans profiter à la croissance ». De leur côté, les élus du groupe entendent maintenant proposer « des mesures concrètes et salvatrices dans le cadre de leur groupe de travail Dépenses sociales ».

« Renforcer l’équité, amoindrir l’égalitarisme, affirmer que chaque droit doit être assorti de devoirs, telle doit être la nouvelle ligne directrice de notre pacte social. L’État-assistance doit céder la place à l’État-protecteur » concluent les Réformateurs-Libéraux.