Le 29 avril dernier, le Conseil général du Val d’Oise a voté une hausse de la taxe foncière. Pour la section départementale Front de Gauche, « les beaux discours de la campagne électorale sont oubliés. […] Arnaud Bazin (DVD) disait : "nous ne toucherons pas à la taxe foncière" ». Selon le parti, la hausse de la taxe foncière entraîne une augmentation des dépenses des familles de l’ordre de 80€ à 230€ par foyers. 

Toujours selon le Front de Gauche 95, la droite, récemment élue à la tête du Conseil général, préfère taxer le contribuable plutôt que de demander l’aide de l’Etat pour compenser le manque d’argent cumulé qui « représente un montant de 412 millions d’euros, dette essentiellement générée par les transferts de compétences sans compensations financières depuis 2004. » Le Front de Gauche dénonce la suppression de services tels que les chèques « Energie Verte » (dont bénéficiaient seulement 13 foyers, ndlr) et l’aménagement du dispositif Rest’O Collège.

« Le Conseil Général décide là encore de faire porter aux familles les conséquences du désengagement de l’Etat et la mise en place des réformes fiscales qui privent de ressources les collectivités territoriales », 
poursuit le communiqué. Estimant que « les Valdoisiennes et les Valdoisiens ne doivent pas être sacrifiés pour les politiques de la majorité gouvernementale », le Front de Gauche demande que « l’Etat respecte la Constitution en composant les charges transférées ».