Samedi 28 mai dernier se clôturait la dernière réunion publique de « Cergy & Moi », séries d’évènements et de manifestations organisés dans six quartiers de la ville par la mairie de Cergy. Un exercice de démocratie participative vivement critiqué par l’opposition municipale qui pointe du doigt « un déploiement de moyens de communication rarement égalé ». Dans un communiqué, le responsable UMP sur Cergy, Alexandre Pueyo (photo), dénonce un « déballage coûteux et indécent » en période de crise économique.

 Campagne d’affichage publicitaire dans toute la ville, numéro spécial de « Cergy Ma Ville », site Internet dédié, expositions, « sondage digne de l’Union soviétique », réunions publiques,… les reproches sur les moyens de communication mis en œuvre autour de l’événement « Cergy & Moi » ne manque pas pour Alexandre Pueyo, délégué UMP de la 2e circonscription. « Il est venu le moment du constat et des résultats car « Cergy & moi » aura pu profiter d’un déploiement de moyens de communication rarement égalé dans notre ville pourtant habituée à ne pas être avare sur ce poste de dépense, estime-t-il. Combien aura coûté cette grande entreprise de communication tous azimut ? »

« Une utilisation des fonds municipaux scandaleuse ! »

Alexandre Pueyo épingle notamment la création d’un site Internet spécialement pour l’occasion « avec moult vidéos ». « Le site de la ville ne suffit donc plus pour présenter les projets de l’équipe municipale ? » se demande-t-il. De même il raille un sondage « avec des tournures de questions et des résultats qui satisfont surtout celui qui l’a payé. »

« Lors de ces réunions, pleine d’autosatisfaction de la part du maire et de ses adjoints, la population n’a pas vraiment été dans le même sens, développe le jeune UMP. Beaucoup de Cergyssois ne se retrouvent pas dans les résultats du sondage et l’ont exprimé clairement. Leurs questions ont surtout montré leurs inquiétudes plus que leur approbation. »

Rappelant le manque de moyens financiers de la ville « régulièrement » avancé par Dominique Lefebvre, Alexandre Pueyo indique qu’il aurait  préféré « une politique de communication plus cadrée, plus discrète, moins bling-bling. »

« Nous avons peur que le résultat de « Cergy et moi » soit surtout un coût financier superflu », conclut-il.