« Une hausse des prix toujours forte dans un marché qui se ralentit en volume » voilà comment la Chambre des Notaires de Paris résume la situation immobilière dans la région à la fin avril. Si dans la majorité des départements le cumul des ventes de février à avril 2011 est proche de celui de la même période en 2010, le Val d’Oise se distinguent avec Paris et les Hauts de Seine par une activité plus modérée : -10% pour le département. La tendance des prix reste cependant à la hausse sur l’ensemble de l’Ile-de-France (+3,3% sur le trimestre) comme dans le Val d’Oise : +  1,3% de février à avril.

 De février à avril, 33 700 logements anciens ont été vendus en Ile-de-France, soit une baisse de 5% par rapport à la même période de l’année 2010 (-5,1% pour les appartements, -3,7% pour les maisons). Après une activité faible au mois de février, puis soutenue en mars, le mois d’avril se place entre les deux avec un volume inférieur de 9% à la moyenne des mois d’avril de la période de référence (1999 à 2007). Les Hauts-de-Seine, le Val-d’Oise et Paris se distinguent par une activité plus modérée (respectivement -14%, -10% et -7%).

Ce niveau d’activité « assez soutenu » entretient la hausse des prix en Ile-de-France, plus rapide pour les appartements que pour les maisons et dans le coeur de l’agglomération. Avec un prix moyen au mètre carré de 5 360 €, le prix des appartements anciens s’est accru de 17,2% en Ile-de-France en un an (+7,3% pour le Val d’Oise. En revanche, le prix des maisons anciennes tend à stagner en Ile-de-France (+1% dans le département).