Le maire de Domont et député UMP du Val d’Oise avait proposé mi-août de limiter les déductions fiscales à 50% du montant total de l’impôt, il n’a finalement pas été entendu. Son ami Fillon n’a pas retenu cette option préférant raboter des déductions fiscales et inventer de nouvelles taxes comme l’inattendue hausse de la TVA sur les parcs d’attraction. Pas rancunier, Jérôme Chartier a défendu le nouveau plan de réduction des déficits dans les médias. De RTL à Europe 1, il  a vanté le plan de rigueur – qui ne dit pas son nom – du Premier ministre.

ce proche du premier ministre a estimé sur Europe 1 que, face à la nécessité de réduire le déficit public, "aujourd’hui, l’heure n’est plus aux logiques partisanes : on a un effort national à accomplir", considérant que "tous les politiques -quelles que soient leurs logiques partisanes- doivent se mettre autour de la table et travailler ensemble".

Sur RTL, l’élu a salué la  "prise de conscience légitime des français les plus aisés, qui estiment avoir un devoir de solidarité envers la nation française".