GARDENIA
Alain Platel / Frank Van Laecke
>danse

Gardenia est le fruit d’une rencontre entre deux hommes – Alain Platel et Frank Van Laeke – entre deux mondes avec Vanessa Van Durme, comédienne transsexuelle, qui avait le projet fou de raconter son histoire. Les vies de ces hommes travestis défilent sous nos yeux, se jouant des clichés pour mieux faire comprendre les chaos de leurs existences, et faire tomber les masques. Un cabaret de strass et paillettes, touchant tout en justesse le spectateur, pour lui laisser le souvenir immuable d’une œuvre unique, servie par une musique et des personnages hors du commun.

>extrait vidéo

 

Inspirée par le film inquisiteur Yo soy así, dans lequel la fermeture d’un cabaret pour travestis à Barcelone constitue le point de départ d’une plongée au cœur des vies privées d’un mémorable groupe de vieux artistes, l’actrice Vanessa Van Durme a rassemblé une foule d’amis transsexuels et travestis dans le but de susciter l’intérêt des artistes Alain Platel et Frank Van Laecke et du compositeur Steven Prengels pour un projet que l’on peut qualifier à tous points de vue d’unique.

Car Gardenia n’est pas une œuvre de fiction. Gardenia est un témoignage exceptionnel, un récit des plus intimes. Gardenia sonde l’existence houleuse de neuf personnes remarquables. Sept personnages, plus âgés, qui arpentent apparemment sans peine la zone trouble entre la masculinité et la féminité. En contraste et en harmonie avec un « jeune gars » et une « vraie femme ». Chacun dans sa quête. Chacune avec son histoire captivante. Tantôt drôle, tantôt saisissante. Tantôt poignante, tantôt hilarante. Chacune avec une valise pleine d’aspirations. Souvent inaccessibles ou déjà perdues. Parfois attendrissantes. La plupart du temps hors du commun. Dans leur tête, les résonances d’un passé. Dans leur regard, le doute du lendemain, mais aussi une bonne dose d’espoir. Neuf individus, tellement singuliers que l’on a envie de les connaître. Que l’on veut les prendre dans ses bras.

Cette histoire est un témoignage authentique et honnête. Ces gens sont généreux, mais aussi parcourus de cicatrices. Cicatrices sur leur peau et cicatrices cachées. Avec une volonté de survivre aux préjugés dont ils ou elles (parfois on ne sait plus comment les appeler) ont été ou sont encore maintenant victimes. Ce qui les lie, ce sont ces profondes égratignures marquant leur âme. Ce qui les pousse, c’est l’inimaginable volonté de survivre. Dans l’espoir que cela réussira. Par la transformation. Ou pas.

Des tranches de vie mises dans un spectacle visuel où la danse se marie avec le chant, les mots et les phrases, porté par des âmes particulières et vulnérables. Une rencontre inoubliable qui change sans aucun doute nos vies.
distribution

 

——————————————————————————–
vendredi 11 novembre
L’-Théâtre des Louvrais / Pontoise


distribution
Création Les ballets C de la B • mise en scène Alain Platel, Franck Van Laecke • basé sur une idée de Vanessa Van Durme • créé et joué par Vanessa Van Durme, Griet Debacker, Timur Magomedgadzhiev (remplacé par Jeroen Klein Gunnewiek), Andrea De Laet, Richard ‘Tootsie’ Dierick, Danilo Povolo, Gerrit Becker, Dirk Van Vaerenbergh, Rudy Suwyns • musique Steven Prengels • scénographie Paul Gallis • costumes Marie ‘costume’ Lauwers • conseil costumes Yan Tax • réalisation costumes atelier Anette De Wilde atelier NTGent conduit par An De Mol : Mieke Van der Cruyssen, Sul Hee Mys, Helena Verheyen • coiffures et plumages Claudine Grinwis Plaat Stultjes • éclairage Kurt Lefevre • son Sam Serruys • régisseur plateau Wim Van de Cappelle • construction décor Atelier du décor NTGent


——————————————————————————–

Informations pratiques
Tarif plein 24€ / Tarif réduit 19€ / Tarif abonné 18€ à 6€
Réservations au 01 34 20 14 14 – www.lapostrophe.net