Les acteurs du projet de l’Axe Seine dans le Grand Paris ont participé, jeudi 3 novembre à Paris, à une réunion de travail avec Antoine Rufenacht, l’ancien maire du Havre qui a été nommé par le président de la République Commissaire général pour le développement de la Vallée de la Seine. "Antoine Rufenacht a donné son accord pour enrichir le dossier et considérer le territoire Confluence comme la porte d’entrée de l’Axe Seine sur le Grand Paris", affirme Arnaud Bazin, le président du Conseil général du val d’Oise, qui participait à cette réunion de travail.

Arnaud Bazin a invité Antoine Rufenacht à une journée de travail dans le Val d’Oise pour lui présenter les projets du territoire de la Confluence, notamment le centre des réserves du Louvres à Neuville, la plaine et le port d’Achères ou encore l’écopôle de Chanteloup.

Un nouvelle terre d’opportunités semble prendre forme dans le cadre du Grand Paris : la situation naturelle de Confluence, où l’Oise se jette dans la Seine.

Le président du Conseil général du Val d’Oise a présenté à Antoine rufenacht les intérêts du territoire de la Confluence : "industriels et économiques (Renault à Flins, Sandouville et Cléon), culturels (les impressionnistes à Auvers-sur-Oise et Argenteuil), universitaires (PRES Normand et PRES Cergy-Pontoise), infrastructurels (gare d’Achères)"

Au cours de cette rencontre, le territoire Confluence s’est vu qualifié de « rotule » du territoire Seine-Nord et Axe Seine par le préfet de la région Île‑de-France, Daniel Canepa.

Durant cette réunion, l’ensemble des collectivités concernées par l’A104 au nord d’Achères ont par ailleurs confirmé leur accord pour sa réalisation.

 

Grand Paris : Pour la gauche, l’UVO sort de son « inquiétant mutisme »
 
« Neuf mois après son arrivée aux commandes du Conseil général, la droite départementale semble sortir de son inquiétant mutisme, devant l’enjeu prépondérant que représente le projet du Grand Paris pour notre département et les Valdoisiens », réagissait, après la dernière séance du Conseil général fin octobre, le groupe d’opposition de gauche VOUS suite à la publication d’une information de la majorité sur le sujet (lien ici).
 
L’opposition de gauche estime que « le Grand Paris doit apporter au Val d’Oise une réponse globale à trois enjeux majeurs indissociablement liés, le renforcement de l’attractivité économique et scientifique (recherche innovation ,développement numérique…), la réduction des fractures sociales et territoriales et la prise en compte des nouvelles exigences environnementales ».
 
« C’est cette volonté politique et exigence qui a conduit la majorité de gauche du conseil, entre avril 2008 et mars 2011,a engagé une mobilisation sans précédent, explique Didier Arnal, chef de l’opposition au Conseil général du val d’Oise. Cette mobilisation reposait sur trois lignes directrices : mobilisation pour l’amélioration des infrastructures existantes, principe de non-exclusionn du Val d’Oise, compensations pour nos territoires et en nous appuyant sur ses atouts stratégiques : pôles d’activités, capacités d’enseignement supérieur, ressources naturelles et foncières… »
 
« Quelques mois après, que reste t-il des avancées cruciales obtenues par l’exécutif de Gauche ? La droite départementale sera-t-elle capable de consolider les avancées acquises en moins de trois ans par la gauche ? » interroge Didier Arnal.