Visitée par les services de la CNIL le 25 octobre dernier à la suite d’une plainte de l’Association franco-musulmane de Saint-Gratien, la mairie de Saint Gratien a tenu une conférence de presse ce mardi matin. L’association l’accuse en effet d’avoir fiché les musulmans lors d’une prière organisée dans un gymnase de la ville le 19 août dernier. Le maire UMP, entouré d’une dizaine de ses adjoints, est donc sorti de son silence « à cause de l’emballement médiatique généré par l’affaire » et des propos tenus à son encontre. Jacqueline Eustache-Brinio parle d’une « instrumentalisation qu’il ne faut pas laisser passer ». L’élue a également précisé que la CNIL n’a saisi aucun fichier à la mairie lors de sa visite. Regardez son interview où elle explique les raisons qui l’ont poussée à relever les plaques d’immatriculation des voitures stationnées devant le gymnase le jour de la prière.  

Conférence de presse sur le fichage des… par vonews