La concertation sur le barreau ferré de Gonesse s’est ouverte il y a quelques jours, avec pour objectif de discuter des enjeux du projet pour la population. Une nouvelle fois, les 15 associations composant le Collectif pour le Triangle de Gonesse ont réagi. « Les objectifs de ce projet identifiés par Réseau Ferré de France ne servent pas les intérêts des populations de ce territoire » déclarent-elles.

 Parmi les volontés affichées par les partisans du barreau de Gonesse, « l’offre d’un mode alternatif au RER B pour l’accès au parc des expositions de Paris Villepinte afin d’améliorer l’offre de transports en commun depuis et vers Paris pour les visiteurs des grandes manifestations organisées au parc des expositions et ce particulièrement aux heures de pointes ». Un point qui fait réagir le collectif. Il rappelle que les usagers du RER D souffrent déjà de la saturation de la ligne. « Écrire cela est une provocation » affirment-ils.

Concernant l’intention d’« assurer une desserte de haute capacité du projet urbain d’aménagement du Triangle de Gonesse », les associations s’insurgent également, critiquant par la même occasion le projet Europa City, et invoquant l’argument écologique. « Ce projet est indigne après les préconisations du Grenelle de l’Environnement en vue de réduire la consommation des espaces agricoles et dangereux pour les emplois du secteur du commerce des environs » arguent-ils.

Enfin, sur le terrain de l’emploi et l’intention d’« améliorer l’accès au pôle d’emploi de Roissy depuis les communes les plus densément peuplées de l’est du Val d’Oise et du nord de la Seine-Saint-Denis », le collectif critique également le barreau. « Comment peut-on parler d’améliorer l’accès à l’emploi de Roissy en faisant arriver le projet au parc des expositions où il n’y a pas de logement comme sur le Triangle de Gonesse et qui ne concentre qu’une part minoritaire des emplois de la plate-forme aéroportuaire ? » s’interrogent les associations.