Finalement, les militants PS de la 9e circonscription (Gonesse/Goussainville/ Louvres…) n’auront pas à départager Luc Broussy et Jean-Pierre Blazy. Candidats déclarés depuis un an l’un contre l’autre, le conseiller général de Goussainville et le maire de Gonesse présentent finalement un ticket commun à l’issu d’un scenario que les principaux intéressés n’avaient pas vu venir. Le résultat de la candidature surprise du 2e adjoint de Goussainville Badr Slassi avec la maire de Fontenay en Parisis Michèle Greneau.

La vie politique réserve bien des surprises. Le conseiller général Luc Broussy, candidat déclaré à l’investiture PS aux législatives face au maire de Gonesse Jean-Pierre Blazy, l’a appris à ses dépens. En moins d’une semaine, le scénario qu’il avait échafaudé voici un an s’est effondré. Il s’est finalement allié au maire de Gonesse après avoir été "victime d’une trahison au sein du PS de Goussainville", raconte un camarade qui lui a apporté son soutien. Le jeune Badr Slassi, adjoint au maire de Goussainville comme lui, a annoncé sa candidature avec Michèle Greneau la maire de Fontenay-en-Parisis comme suppléante.

Luc Broussy a preparé sa candidature depuis un an. Au dernier moment, il se fait trahir. Il n’avait plus les moyens de s’imposer, donc il fait un ticket avec Jean-Pierre Blazy”, analyse un cadre du parti.

A une semaine du depôt de ma candidature, j’apprends que Badr Slassi, que je vois tous les jours et avec qui je travaillais sur ma candidature, est candidat. Dès lors que deux candidats étaient issus des rangs de la section de Goussainville, ce n’était plus gagnable, commente Luc Broussy, 1er adjoint de Goussainville. J’ai fait le choix de l’intérêt territorial. En juin, il y a une élection face à l’UMP Yanick Paternotte. Au delà de mon intérêt personnel, je ne peux pas le laisser gagner. Je connais Jean-Pierre Blazy depuis longtemps. Quand j’ai voulu adhérer au PS à l’âge de 17 ans, c’est lui que je suis allé voir. Avec lui, il y a des règles”, souligne l’éu qui n’a pas digéré les “méthodes” de Badr Slassi mais n’entend pas s’étendre aujourd’hui se fixant pour objectif de l’emporter devant les militants avec “le ticket de l’efficacité électorale”.

Badr Slassi, 32 ans, s’étonne de ces commentaires. Il ne s’agit pas de trahison mais de “rassemblement”, assure Badr Slassi. “Si une trahison pour lui, c’est n’avoir quasiment aucun élus de Goussainville dont le maire qui le soutiennent et que Michèle Greneau ne veut pas être sa suppléante et que pas beaucoup de militants le suivent… J’ai démontré ma capacité à rassembler !

Badr Slassi, 2e adjoint au maire de Goussainville, déclare avoir pris sa décision récemment, “il y a quelques semaines” après des appels du pied de militants suite à la victoire de François Hollande “qui a gagné la primaire PS sur une notion de renouvellement”. L’élu met en avant “sa jeunesse”, sa “proximité” “le non cumul de mandat”, “le ticket urbain-rural” qu’il forme avec la maire de Fontenay.

Il pense pouvoir créer le 1er décembre une nouvelle surprise. “Personne n’est capable de prédire le vainqueur”.