Deux ans et demi après la mort d’Ali Ziri, le procureur de la république de Pontoise doit rendre son réquisitoire définitif le 1er décembre prochain. Inquiet que le dossier soit toujours « au point mort », le Collectif vérité et Justice pour Ali Ziri appelle à un rassemblement d’urgence à Argenteuil le 29 novembre à 18h près de la mairie. Les membres espèrent obtenir l’audition des témoins et des policiers par un juge d’instruction et la reconstitution des faits qui leur a été refusée.

 Alors que les policiers qui ont procédé à l’interpellation d’Ali Ziri, retraité âgé de 69 ans mort il y a deux ans et demi, exercent toujours à Argenteuil, le Collectif vérité et Justice pour Ali Ziri s’inquiète de l’inertie de la procédure. Pire, il déclare que « tous les actes demandés par les avocats de la famille Ali Ziri, comme l’audition des témoins et des policiers par un juge d’instruction et la reconstitution des faits, ont été refusés par le Procureur de la république de Pontoise ».

Pourtant, le 24 juillet 2009, l’Institut médico-légal de Paris rendait les conclusions d’une autopsie faisant état de « l’existence de 27 hématomes » explique le collectif. « Ali Ziri est mort suite à un arrêt cardio-circulatoire d’origine hypoxique, généré par suffocation et appui postérieur dorsal » ajoute-t-il. Enfin, les membres affirment que les conclusions de nouveaux examens complémentaires rendues 15 avril 2011 attestent d’un « manque de discernement des policiers qui a conduit à des comportements qui n’étaient pas sans conséquence sur l’état de santé de M. Ziri ».

Pour tenter de débloquer la situation et dénoncer les violences policières dont aurait été victime le retraité, le Collectif vérité et Justice pour Ali Ziri tentera de mobiliser le 29 novembre, à quelques jours du réquisitoire définitif du procureur. « Il y a de fortes possibilités qu’il aille vers un non-lieu, qui signifie la fin de l’instruction et l’abandon des poursuites » déplore-t-il.   

Rassemblement le mardi 29 novembre à 18h
Angle des rues Jeanne d’Arc et Antonin-Georges-Belin, non loin de la mairie d’Argenteuil. Le cortège se rendra ensuite devant la sous-préfecture d’Argenteuil.