Dominique Lefebvre, président de l’agglomération de Cergy-Pontoise, sera à Paris le 30 novembre prochain pour participer à une conférence de presse organisée par le collectif inter-associatif Roissy-Orly, en présence de nombreux élus régionaux. Il marquera son opposition au décret signé par la ministre des Transports, Nathalie Kosciusko Morizet, au sujet des nouvelles procédures d’atterrissage à Roissy qui augmente le nombre d’habitants concernés par les nuisances sonores.

 Dominique Lefebvre ne l’entend pas de cette oreille et il n’est pas le seul. Le 30 novembre prochain, de nombreux élus franciliens venus des départements du Val d’Oise, des Yvelines, de l’Essonne et de la Seine et Marne participeront à une conférence de presse organisée par le collectif inter-associatif  Roissy-Orly. Objectif, marquer leur opposition au décret signé Nathalie Kosciusko Morizet sur les nuisances aériennes. Le président de l’agglomération de Cergy-Pontoise critique entre autre la hausse du nombre d’habitants affectés par les nuisances aérienne suite aux modifications des trajectoires d’atterrissage sur l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

Il ne sera pas seul puisque de nombreux élus d’Ile de France feront le déplacement parmi les présidents de communauté d’agglomération, maires, députés, sénateurs, conseillers généraux, conseillers régionaux et même le président du Conseil régional d’Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. Tous se retrouveront à 9h, sur l’esplanade des Invalides à Paris pour porter les revendications du collectif inter-associatif du refus des nuisances aériennes (CIRENA). Celui-ci demande la suppression des vols de nuit de 23h à 7h (comme à Orly ou Francfort), le plafonnement de Roissy à 500.000 mouvements par an et la mise en place généralisée de la descente continue à 1800 mètres au minimum.