Répondant aux moqueries du maire PS de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, qui ironisait une coquille sur un carton d’invitation du Conseil général, le député maire UMP de Sannois, Yanick Paternotte, a tenu à contre-attaquer. Pour lui, son adversaire « s’imagine déjà élu député en juin 2012 » et « fait campagne avec la hauteur qu’on lui connaît ».

La semaine dernière, Jean-Pierre Blazy recevait un carton d’invitation du Conseil général du Val d’Oise sur lequel il apparaissait en qualité de député maire de Gonesse [voir notre article]. Une erreur qui avait amusé l’élu. Il en avait profité pour se moquer du député maire de Sannois, Yanick Paternotte, en « manque de notoriété » selon lui auprès du Conseil général, pourtant du même bord politique.

Une intervention qui n’a visiblement pas plu au député de la 9e circonscription. « Comme d’habitude, mon opposant, le maire de Gonesse fait campagne avec la hauteur qu’on lui connaît » déclare-t-il, avant de railler à son tour son futur adversaire aux législatives : « Arguant d’une coquille (rectifiée depuis) sur un carton d’invitation rédigé par un employé du Conseil général (embauché, sans doute, du temps de l’ancienne présidence PS), il s’imagine déjà élu député en juin 2012 ».

« Au risque de le décevoir, je pense que la coquille de rédaction est avérée : il fallait lire dépité-maire de Gonesse » s’amuse Yanick Paternotte qui encourage les habitants de la 9e circonscription à garder à Jean-Pierre Blazy « ce qualificatif hérité depuis sa défaite (mal digérée) de juin 2007 malgré toutes ses manœuvres pitoyables ».

Et de conclure : « Comme on dit chez moi : qui s’y frotte, s’y pique ! ». Reste à savoir si l’expression vient de Sannois ou Roissy…