Alors que le budget pour 2012 prévoit, dans l’académie de Versailles, une baisse de 260 postes dans les maternelles et l’élémentaire et de 495 postes dans les collèges et les lycées, lutte Ouvrière-Val d’Oise dénonce « une situation scandaleuse ».

L’Etat prévoit 14 000 suppressions d’emplois à l’Education nationale à la rentrée 2012, dont 755 dans l’académie de Versailles dont fait partie le Val d’Oise. Une situation critiquée par Lutte Ouvrière qui rappelle que ces postes en moins « viendront s’ajouter aux 66 000 suppressions de postes déjà opérées à l’Education depuis 2007 ». Plus précisément, cette baisse s’établira à 260 postes dans les maternelles et l’élémentaire alors que les collèges et les lycées compteront 495 enseignants en moins. Des diminutions d’effectifs qui interviennent alors que le nombre d’élèves ne cesse d’augmenter et que les remplacements d’enseignants absents sont compliqués. Une situation « scandaleuse » pour Lutte Ouvrière qui estime que « les impôts de la population doivent bénéficier à celle-ci ».

Et de conclure : «  S’il est un secteur, au-delà du rétablissement de tous les postes supprimés, où il est possible d’embaucher des centaines de milliers de personnes, c’est bien l’Education nationale : enseignants, surveillants, employés d’entretien, administratifs, d’aide à la vie scolaire des établissements, personnel de santé manquent. Il faut les embaucher ! »