Alors que le 15 novembre dernier entrait en vigueur l’arrêté du ministère de l’écologie sur la modification des trajectoires d’arrivée des avions en direction des aérodromes parisiens, plusieurs communes ont dénoncé une hausse des nuisances pour une partie de la population. La ville de Conflans-Sainte-Honorine (78) vient ainsi de déposer un recours auprès du Conseil d’Etat. Une action à laquelle se sont associées plusieurs communes valdoisiennes proches de Cergy-Pontoise.

 Le bonheur des uns ne fait pas forcément celui des autres. Depuis novembre, la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise dénonce l’impact des mesures mises en place par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Ecologie, qui a décidé de la modification des trajectoires d’approche des avions lors de leur atterrissage. Son président, Dominique Lefebvre, dénonçait alors l’impact sur la santé, sur le cadre de vie et l’environnement. Les procédures d’atterissage en palier à partir de 1200 mètres ont en effet permis de réduire les nuisances aériennes dans certaines zones très affectées mais au détriment d’autres bassins de population.

La contestation vient de prendre encore un peu plus d’ampleur puisque la commune de Conflans-Sainte-Honorine a décidé d’attaquer les mesures prises par « NKM » en déposant un recours en référé-suspension devant le Conseil d’Etat. Elle craint une agravation de « la pollution sonore en Ile-de-France, mais aussi la pollution aérienne à travers une augmentation de la consommation de kérosène nuisible à la population ». Dans le sillage du sénateur-maire de la ville, Philippe Esnol, Vauréal, Evecquemont, Triel-sur-Seine, Menucourt, Neuville-sur-Oise, Achères, Courdimanche, Boisemont, Cergy, Jouy-le-Moutiers et la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise se sont associés à ce recours.

Du côté de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise (CACP), les arguments n’ont pas évolué depuis novembre. « Les modifications de trajectoires imposées par ce décret, en date du 17 novembre 2011, n’a fait qu’amplifier les nuisances aériennes sur les zones les plus urbanisées telle que l’agglomération de Cergy-Pontoise et la Confluence Seine Oise dans son ensemble ». La CACP dénonce également une incohérence majeure entre la volonté de développement économique de la confluence Seine-Oise et ces nuisances. « On ne peut pas demander à ces territoires d’assumer une hausse des nuisances aériennes » explique la communauté d’agglomération qui propose de modifier une nouvelle fois les procédures d’approche des aéroports. « Les élus militent depuis plusieurs mois pour des atterrissages en continue à partir de 1800 mètres, comme dans tous les grands aéroports internationaux »

A noter que la Défense des Intérêts des Riverains de l’Aérodrome de Pontoise-Cormeilles (DIRAP), a également annoncé ce mardi avoir décidé d’attaquer l’arrêté de NKM auprès du Conseil d’Etat. Un recours a été déposé vendredi dernier.


Une mobilisation depuis la première heure

De nombreux élus d’Ile-de-France se sont réunis en novembre sur l’esplanade des Invalides à Paris pour protester contre les mesures prises par Nathalie Kosciusko-Morizet. Parmi eux, des présidents de communauté d’agglomération, maires, députés, sénateurs, conseillers généraux, conseillers régionaux et même le président du Conseil régional d’Ile-de-France, Jean-Paul Huchon.