La Vallée de Montmorency fête l’année Rousseau
La France (en compagnie d’autres pays) célèbre en 2012 le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, né le 28 juin 1712 à Genève. La Vallée de Montmorency est particulièrement concernée puisque le philosophe a séjourné six ans (de 1756 à 1762) à Montmorency, où il a composé des œuvres majeures…

Un certain nombre de personnages marquants, demeurant dans les environs, ont constitué ce que l’on appelle « le cercle rousseauiste ».
De nombreuses communes de la Vallée sont ainsi concernées par le souvenir de Jean-Jacques Rousseau et de ses amis proches : Montmorency (Rouseau et Thérèse Levasseur), Margency (Adrien Cuyret, « M. De Margency »), Deuil (Mme d’Epinay à la Chevrette), Eaubonne (Madame d’Houdetot et Saint-Lambert), Sannois (idem, un peu plus tard), Soisy-sous-Montmorency (Mme de Verdelin), Montlignon (Mauduit-Larive, qui a joué pour la première fois le Pygmalion de Rousseau à la Comédie-Française) et Groslay (l’abbé Maltor, le « curé de Groslay »).  Deux d’entre elles ont préparé un imposant programme d’activités culturelles pour célébrer l’année du tricentenaire : Montmorency et Deuil-la-Barre.

Valmorency, l’association pour la promotion de l’histoire et du patrimoine de la Vallée de Montmorency, de son côté, a programmé des « rendez-vous de l’histoire valmorencéenne » (lecture de textes historiques théâtralisés) autour de personnages proches de Rousseau.
C’est cette association qui ouvre la série des manifestations, le mardi 24 janvier à Margency à 20 h 30, salle Gilbert Bécaud – 1, avenue du 18 juin 95580 Margency, avec une séance théâtrale historique sur le thème :
« Adrien Cuyret, seigneur de Margency, « voisin de campagne » de Jean-Jacques Rousseau »

L’histoire littéraire du XVIIIème siècle a retenu le nom d’un des derniers seigneurs du village, connu sous le nom de Monsieur de Margency, ou tout simplement Margency, pour ses relations avec l’entourage de Jean-Jacques Rousseau. Il s’agit du fils d’Adrien Cuyret, qui a acheté, en 1731, la seigneurie de Margency au prince Pignatelli. À la mort de son père en 1744, Adrien Cuyret (né en 1727), deuxième du nom, devient propriétaire du domaine.

 

Des soucis financiers l’amènent à louer le château au marquis de Verdelin, vers 1756. Il ne tarde pas à être l’amant de sa femme, Marie-Madeleine, née de Brémond d’Ars. Par l’intermédiaire de cette dernière, il se lie avec le cercle rousseauiste de l’époque : Mme d’Epinay, Mme d’Houdetot, Grimm, Saint-Lambert, d’Holbach… Il se pique de poésie et écrit quelques articles pour l’Encyclopédie.
Vers la fin de sa vie, Margency connaît une crise spirituelle semblable à celle éprouvée par son collègue Desmahis, et qui le rapproche de Rousseau, mais l’éloigne de Mme de Verdelin, au point de ne pas l’épouser après le veuvage de cette dernière en 1763.
La vie de celui que Rousseau appelle « M. de Margency » dans ses Confessions, sera retracée dans une séance théâtrale à trois voix menée par Hervé Collet, président de Valmorency, avec le concours de Juliette Degenne et Claude Lesko, comédiens professionnels, à partir de textes authentiques, dans la continuité des « Jurys de l’Histoire Valmorencéenne ».

Entrée libre, sur réservation.
Inscrivez-vous par e-mail : contact@valmorency.fr,
par tél.  06 81 30 14 53,
ou par courrier : Valmorency – 14, rue de Locarno 95600 Eaubonne.