Ni salaud lumineux, ni avocat de la terreur, Jacques Vergès monte sur les planches pour nous dire que
défendre est une manière de vivre.
Il nous explique que dans un procès, un drame est en train de s’accomplir sous nos yeux, un duel entre
l’accusation et la défense. L’avocat et le procureur racontent deux histoires non pas vraies, mais
vraisemblables. Et quand le dernier écho de l’éloquence s’est perdu dans les prétoires, il s’agit moins de dire le droit que de proclamer le vainqueur. La vérité est-elle fondamentalement hors de portée de la justice ?